AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Will you come a little closer now {sora&milo}

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Ven 1 Mar - 12:21

Le ciel. Les étoiles qui brillent dans le ciel comme des milliards de bougies, des milliards de personnes qui attendaient et qui veillaient sur les planètes. Des anges-gardiens selon les autres espèces, ce n'était en réalité que des boules de gaz en feu qui se baladaient dans le vide spatiale. T'aimais cette sensation de savoir, de petitesse aussi, être la personne qui reste dans le planétarium pour quelques heures parce qu'il aime regarder les étoiles et que le gardien l'apprécie un peu, pas de bruits, pas d'histoires pour enfants, juste du noir et un gosse qui s'amusait à décrypté les constellations. T'y vas depuis que t'es petit parce que t'as toujours été attiré par le ciel. Ta mère dit que c'est à cause de ton père, parce que c'est un ange et que toi t'ira peut-être toucher le ciel un jour. T'irait sans doute même jusque les étoiles en espérant de ne pas te brûler les ailes. T'aimerais pas prendre feu comme Icare qui s'est trop approcher du soleil. Tu t'y attache un peu trop à ce rêve, t'aimerais que quelqu'un t’emmène voir des étoiles en plein jours et des aurores boréales. T'es ce gosse qui perd un peu trop pied quand il s'endort pendant la projection, ça leur coûte rien de laisser dormir un demi-ange au son des étoiles, puis de toutes façons ils ne risquaient rien, t’allait rien dégradé. La tête dans les étoiles, l'expression qui prenait tout son sens, t'avais une bouteille d'eau, des snacks dans ton sac. Gamin qui essayait de décrypter l'alignement stellaire pour prédire un avenir plus au moins susceptible de se produire. Gosse un peu trop jeune qui peut faire avouer des meurtres ou des amours cachés au seul son de sa voix, la persuasion, le pouvoir de confession, Dieu pardonne tout n'est ce pas ? Gosse qui prédit aussi la mort, qui voit le nombre de jours qu'il reste aux gens à vivre en regardant leurs poignets, une malédiction, gamin qui ne peut rien faire pour empêcher ça. Les pouvoirs des anges, tout ce qui concerne les émotions, l'apaisement, les secrets qui n'en sont plus, ils connaissent la vie de tout le monde, leurs sentiments, leurs idées et leurs aspirations, toi non, t'as qu'une poignet de ces pouvoirs, gamin moitié ange moitié sorcier. T'as des intuitions pourtant, comme deviner ce qu'une personne veut manger, c'est rien de plus que ça, la confession, voir combien de temps il reste aux gens, des prémonitions également parfois, de la télékinésie, le pouvoir d'empathie. C'était si peu comparé à un vrai ange et pourtant c'était déjà beaucoup trop. C'était dur, de tout entendre, de tout savoir. Les étoiles qui se dissipent un peu, terminé, tu dois partir. Alors, quoi ? Tu te lèves, ton sac sur le dos et un sourire sur tes lèvres, c'est fini, pour aujourd'hui, tu dois retourner chez toi pour faire tes affaires. Un sursaut quand t'entends une voix que tu connais trop bien dans le hall d'en  bas, t'as un couinement aussi, tes pas qui se font léger dans tu descends les escaliers en espérant ne pas te faire cramer, un ex jaloux que tu veux éviter à tout prix, t'es tombé dans des relations sans amour, tu faisais ça juste pour faire plaisir, jamais de baisers, jamais d'attouchement, t'étais ce style de gars. Tu vois, ce gars, tu le connais, il a pas vraiment bonne réputation, un tueur, c'était pas pire qu'un drogué qui avait essayer de te toucher plusieurs fois sans ton accord. Tu t'en fiches un peu, tu veux juste sortir mais tu fais pas attention, ta tête qui se tourne un peu quand t'entends ton prénom être hurler. « Heck no. » Tu glisses, violemment, tu te rattrapes au gars, Milo. « Hi. » Un rougissement sur tes joues, tu pensais pas qu'il serait aussi mignon vu de près. « Listen, that's my ex, jealous type ? Do you mind kissing me ? No ? Thanks. » Un baiser un peu rapide, profond aussi, ta main sur la joue de l'enfant mal-aimé de la famille d'une Suprême. Tu vois le gars qui s'avance, sort en courant, presque les larmes aux yeux. « Thanks» Tu te redresses un peu, tes lèvres qui se déposent sur sa joue, tu t'attends pas à ce qu'il te rattrape.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Sam 2 Mar - 9:50

Le planetarium. T'y es allé souvent gamin. Parce que tes mères aimaient cet endroit, enfin surtout une. C'était la sortie du mois de la famille. Tu disais rien, tu suivais. Peut-être parce que tu l'aimais bien après tout, ce lieu. Gamin, tu te disais que tu touchais réellement les étoiles, t'avais toujours un grand sourire, t'avais l'air heureux. C'est sans doute pour ça qu'elles ont continué à faire cette sortie. Et puis, il y avait quelque chose de rassurant. Il y avait cette odeur sucré qui t’apaisait. Tu ne sais pas d'où elle venait, tu la cherchais partout. Combien de fois es-tu parti en courant parce que tu avais l'impression que l'odeur est près de toi. Combien de fois tes mères se sont mises à courir pour te rattraper. Le planetarium, t'avais jamais réellement pensé à y travailler. Peut-être parce que tu le pensais comme un lieu sacré, que tu n'as pas envie de souiller. Parce que tu sais que même si là tu as une envie de bien faire, tout va foirer à un moment donner. Alors, t'as enchaîné les petits boulots sans grands intérêt. Le genre où tu y allais pour te faire un peu d'argent, alors que tu n'en avais pas réellement besoin. Après tout, tu fais partie de la famille royale. Tu ne voulais pas non plus y travailler parce que tu ne voulais pas qu'il ait mauvaise réputation. Toi, le gamin raté de la famille. Toi qui avait été choisi pour équilibrer cette famille un peu trop pure. Un meurtrier depuis que t'es gamin. Les nourrices que tu as tué à cause de caprices. On a peur de toi, tu le sais très bien, tu le sens. Pourtant t'as été accepté sans trop comprendre pourquoi. T'étais pas guide ou quoi que ce soit. Tu travaillais un peu dans l'ombre, assez loin des clients, mais tu t'en fichais. Au moins, t'étais dans un endroit qui te rassurait, qui apaisais. Et puis il y avait cette odeur qui revenait de temps en temps, cette odeur de chocolat chaud. T'avais essayé de voir, de découvrir d'où elle venait. Des fois t'avais l'impression de t'en rapprocher, mais elle disparaissait d'un coup. Ça te rendait fou, tu te disais que ce n'était que ton imagination. Peut-être que c'était juste parce que tu avais faim. La journée qui se termine, tu commences à faire le ménage. Les derniers clients qui sortent, qui passent par la boutique souvenir. Et puis, il y a ce gars qui rentre alors que les portes vont bientôt fermer. C'était pas vraiment le genre de type bien rassurant, le genre à mettre les pieds dans un endroit comme ça. Peut-être qu'il attendait juste quelqu'un. Tu continues ce que tu devais faire. Un prénom qui est hurlé, de façon un peu trop désespérer. Sora. Tes lèvres qui s'étirent. Le ciel qui vient voir les étoiles, tu trouves ça ironique. Ton sourire qui disparaît d'un coup. L'odeur qui revient. Tu tournes la tête. Tu vois une masse brune se dirigé vers toi, comme pour essayer d'échapper à cette personne qui criait sans doute son prénom. Gamin qui n'avait pas l'air de savoir où aller, qui voulait juste s'échapper. L'odeur qui devenait de plus en plus forte. Et il glisse le gamin, il se rattrape à ton bras. « Hi. » Sa tête qui se lève, ton regard qui plonge dans le sien. Ton cœur qui s'est arrêté de battre durant quelques secondes. L'odeur sucré qui t’envahis. Des images qui arrivent. Gamin à moitié ange et à moitié sorcier. Tout comme ta mère et ton oncle. Tu comprends pas trop ce qui se passe. Tout va trop vite. « Hi. » Sourire en coin qui commence à se dessiner. Tu admires son visage comme pour que ton cerveau puisse mémoriser chaque détails de sa peau. « Listen, that's my ex, jealous type ? Do you mind kissing me ? No ? Thanks. » T'as un petit rire lorsqu'il te demande de l'embrasser. T'as pas eu le temps de répondre qu'il avait déjà posé ses lèvres sur les tiennes. Sa main qui vient se poser sur ta joue. Un baiser profond. Ses lèvres qui ont ce goût de chocolat chaud. Tu approfondis un peu plus. Ta main qui se pose sur la sienne, ton bras qui passe autour de sa taille pour le faire s'approcher de toi. Tu voulais plus mais il s'est éloigné de toi. « Thanks» « You're welcome. » Le gamin qui s'éloigne. L'odeur aussi. Quelque chose en toi qui te dis de le rattraper. Tes jambes qui se mettent à bouger toutes seules, qui vont dans sa direction. T'attrapes sa main, tu le ramène vers toi.« Hey, Sora ! » Grand sourire qui s'affiche sur ton visage. Tu supposes que c'est son prénom vu que le mec n'avait pas arrêté de le crier. « How do you find the sky today ? » Tu le rapproches vers toi. Ta main qui caresses sa joue. Sa peau qui est douce, beaucoup trop douce. « And by the way, the kiss was good. Very good. » Sourire en coin qui se dessine. Tes lèvres qui s'approchent des siennes, un peu trop près des siennes.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Sam 2 Mar - 12:04


Ton ex-copain, t'aimes pas trop en parler, sociopathe qui regardait tes messages, les horaires que t'avais, c'était comme si t'étais sa propriété et tu détestais ça, t'étais pas son âme-sœur, il était pas le tient non plus, c'était un truc que tu pouvais sentir, que tu pouvais voir, c'était les liens de destinés entre les gens, ils étaient relier par des fils, tu devais juste te concentrer un peu pour les voir, c'était juste un peu plus compliqué que tes pouvoirs instinctifs. T'étais pas son âme-sœur, t'étais destiné à quelqu'un d'autre et ça te gardait parfois éveillé la nuit. Quand t'étais gosse tu passais ton temps au planétarium, tu te souviens de cette odeur de pop-corn, c'était sucré, réconfortant, tu te souviens que t'essayais de suivre, cette odeur, tu te souviens qu'elle disparaissait un peu rapidement et tu te retrouvait confus au milieu d'une grande salle d'exposition, seul. C'était drôle comme sensation, avoir l'impression d'être si près et pourtant si loin d'une chose qu'on a toujours voulu sans pouvoir l'attraper, à aucun moment. L'odeur qui revient à chaque fois que t'étais là, c'était comme si t'étais chez toi, c'est pour ça que tu t'endormais dans des sièges en particulier, parce qu'il avait plus au moins cette odeur douce et chaleureuse que t'attendais. T'avais pas le courage de regarder, plus tu grandissais plus t'avais peur que ce ne soit ton cerveau d'enfant qui te guidait dans la quête d'une sorte de grand-amour foireux. Tu sors de la salle, doucement, t'as encore la tête dans les étoiles, parfois tu te demandes pourquoi tes parents t'ont appeler Sora, par amour du ciel ? Du japon ? De Kingdom Hearts ? Tu savais pas, peut-être que c'était juste à cause du fait que c'était un joli prénom, peut-être qu'ils aimaient juste l'entendre ? Tes pas qui s'arrêtent et tu t'abaisses dans un élan de panique quand t'entends un cri, ton prénom, cette voix que tu connais un peu trop, tu reçois au moins six messages vocaux de lui par jour et beaucoup plus de SMS et d'appels. Tu descends les escaliers, la recherche d'une échappatoire qui devient le but premier, tu glisses, le sol un peu humide et tu te rattrapes sur le bras que tu ne connais que de nom. Tu le ressens, le petit courant électrique, cette odeur qui te rappel des souvenirs un sourire timide sur tes joues, tu le ressens aussi, l'imprégnation, un rapide coup d’œil et c'est certain, un fil rouge et or qui vous relie tous les deux au niveau de la poitrine, t'as ton cœur qui bat rapidement, le gars il hurle, il importe pas vraiment, t'as envie de l'embrasser, tu trouves juste un prétexte. Un baiser, et il approfondit, vos langues qui se mêlent timidement, une main sur celle qui se trouve sur sa joue, l'autre autour de ta taille, tu te sens partir, ça risque d'aller plus loin, alors tu brises le baiser, que tu le remercie parce que l'autre à foutu le camp. T'as le rouge au joue, t'as pas vraiment envie de quitter ses bras et t'as du mal à comprendre pourquoi. T'avances, tu sais pas s'il va te rattraper, peut-être que oui, ou peut-être pas. Une main qui attrape la tienne, tu te fais tiré vers lui, ton torse trop proche du sien, t'as l'impression que tu vas entré en combustion spontanée. T'as un sourire. « Yes, Milo ? » Un rire qui passe la barrière de tes lèvres, un peu trop pur, cristallin. Comment tu trouves le ciel aujourd'hui, t'as un sourire, il te rapproche encore plus, beaucoup trop proches, t'as ta lèvre inférieur qui se fait mordre par tes dents, la main qui caresse ta joue. « I'm the one who should've ask you. » Parce que c'est ton prénom, parce que tu trouves ça mignon. « Beautiful, clear brown eyes, kinda whisky like, a lot of moles and fucked up hair but that was making his charm. Oh sorry, the sky not you, right ? Pretty enough I guess. » Le baiser, t'étais doué, lui aussi, ça pouvait seulement faire des étincelles. Vos lèvres sont proches, elles l'étaient déjà quand t'as avoué qu'il était beau, un rire sur tes lèvres. « You didn't had enough? You know, being an addict isn't funny, do you want another dose ? » Un sourire en coin, t'es trop petit comparé à lui, il vise bien le mettre quatre-vingt cinq et toi t'es bloqué à soixante-quinze. Tes lèvres qui touchent les siennes, le baiser qui recommence, merde, peut-être que c'est toi le junkie après tout. Puis, la planétarium allait bientôt fermer non ? « I guess you're free right now, because you know, it's almost seven and the doors are closed, do you want to explore the sky ? Here ? Or in a bed ? Or I don't know, having ice cream or a five guys ? » Ton rire qui reste un peu en écho, tout le monde est déjà parti. Tes lèvres qui retrouvent les siennes pour quelques secondes. Tu parles beaucoup trop.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Sam 2 Mar - 18:52

Les clients qui partent, qui t'ignorent alors qu'ils passent à côté de toi. Des clients qui eux te regardent bizarrement, qui te regardent mal, qui chuchotent. Tu sais à peu près ce qu'ils disent sur toi et tu t'en fiches. T'as autre chose à faire après tout. Le planétarium qui se vide et pourtant un mec est entré et hurle un prénom comme s'il était à la recherche de quelqu'un. Un peu d'animation dans ce lieu qui est si calme. Tu croises le regard de l'un de tes collègues. Il ne te dit de rien faire, que la sécurité va arriver. Il te dit ça surtout pour que tu ne crées pas d'accident, alors que tu restes concentrer sur ce que tu étais en train de faire. Sauf qu'il y avait cette odeur qui était de retour. Le chocolat chaud que tu aimais tant quand tu étais gamin. Et une collision. L'odeur qui venait d'une personne. Ton âme sœur. C'est cette odeur que tu aimais lorsque tu venais ici. Avec un peu de chance, tu l'aurais pu le rencontrer quand t'étais gamin. Sauf que tu n'as jamais eu de chance. L'imprégnation qui se fait. Rapide et intense. Un baiser qui éveille ton loup. Il te remercie et part. Sauf que t'as envie qu'il soit près de toi encore. Tu l'avais trouvé cette odeur qui te rendait fou, t'allais pas le laisser partir comme ça. Tu cours, tu le rattrapes, t'attrapes sa main pour l'amener de nouveau vers toi. « Yes, Milo ? » Tu entends son rire. Une douce mélodie dans tes oreilles. Il est mignon, magnifique même. Surtout avec le rouge qui monte à ses joues, lorsqu'il se pince les lèvres. Il avait l'air d'être parfait, il était après tout l'ange. Peut-être que c'était un rêve, une erreur. Tu n'avais pas le droit à un être aussi parfait pour te compléter. « I'm the one who should've ask you. » T'as un rire. Un rire beaucoup trop sincère. C'est sans doute la première fois depuis bien longtemps. « Well I found you very beautiful. » Un sourire en coin qui se dessine. Le gamin qui ressemble à un peu à ton oncle et à tes cousins, mais il a quelque chose en plus. Ce truc qui le rend encore plus magnifique. « Beautiful, clear brown eyes, kinda whisky like, a lot of moles and fucked up hair but that was making his charm. Oh sorry, the sky not you, right ? Pretty enough I guess. » T'as un autre rire. Le sourire en coin qui ne fait que s'agrandir. Vos visages qui se rapprochent un peu trop. Vos lèvres qui ne sont qu'à quelques millimètres, prête à nouveau à se toucher. Si ça ne tenait qu'à toi, tu aurais capturer de nouveau ses lèvres. Tu viens de le rencontrer et t'es déjà accro. C'est pas ta faute. Son odeur qui t'enivre. Cette partie de loup qui est en toi, qui ne demande qu'à le faire tient. « You didn't had enough? You know, being an addict isn't funny, do you want another dose ? » Ton sourire qui reste en place. Ton bras qui l'enlace un peu plus, qui le rapproche de toi. Tes lèvres qui s'étirent parce qu'il se met sur la pointe des pieds pour pouvoir atteindre tes lèvres. Un autre baiser. Tes mains sur ses hanches. Peut-être que tu serres un peu trop fort. Mais tu t'en fiche, t'as pas envie de le lâcher. « Well I think I love being a kiss addict. » Tu les gardes contre toi. Tes dents qui capturent sa lèvre inférieur. « I guess you're free right now, because you know, it's almost seven and the doors are closed, do you want to explore the sky ? Here ? Or in a bed ? Or I don't know, having ice cream or a five guys ? » Son rire qui résonne dans un echo. Après tout le planétarium est vide. Tout le monde, même le personnel ont dû partir. T'avais les clé, tu pouvais faire la fermeture seul. Sans doute parce qu'ils te connaissent depuis tout petit, qu'ils savent que tu tenais à cet endroit pour ne pas le mettre sans dessus dessous. Ça t'arrangeait, ça te permettait de rester et d'admirer les étoiles tranquillement. « For you, I'm always free. » Tes lèvres qui se posent sur son cou, comme si tu étais prêt à le dévorer. « Well, here is good. » Tes lèvres qui remontent. Tu le soulève un peu, tu le plaques contre un mur avant de t'attaquer de nouveau à ses lèvres. Un autre baiser. Un peu plus passionné. Tu reprends ta respiration. Tes yeux qui ont changé de couleur. Tes iris qui deviennent violette. Le loup qui est en toi qui fait enfin son apparition.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Dim 3 Mar - 0:06


C'était putain de stupide, donner ton premier baiser comme ça, sans le connaître plus que ça, donner ton premier baiser à ton âme-sœur par contre ça sonnait moins débile, moins urgent. T'aurais pu juste faire semblant cacher ses lèvres avec ta main et l'embrasser sur la joue, l'autre n'y aurait vu que du feu, pourtant t'avais poser tes lèvres contre les siennes, t'avais laisser un espace un peu plus ouvert pour que sa langue puisse venir titiller la tienne, t'avais eut cette envie, subite, comme si c'était normal, qu'il le méritait. Ton corps s'était laisser faire. Tu le connaissais, t'avais entendu les histoires, c'était un tueur, sanguinaire, il tuait généralement des gens mal-intentionnés, c'était l'ange de la mort et tu t'en fichais, ça te passait au dessus de la tête, il avait ce sourire, ce regard, celui des gens intelligents, des gens qui veulent faire le bien, il avait ce visage un peu trop pur pour que tu ne puisses te douter de quelques choses. Tu t'en fichais, tu sentais son odeur, tu te sentais bien dans ses bras, sa main sur ta taille qui te donnait envie de te rapprochait encore plus, beaucoup plus. Le temps qui passe et les gens qui partent, toi qui parle trop après un baiser interminable, toi qui est toujours le même, celui qui parle seul, celui auquel on répond seulement par des onomatopée parce qu'on a la flemme de répondre avec des phrases entières. Tu le veux, tu te l'expliques pas, perdre ta virginité avec lui, maintenant, alors que tu ne le connais qu'à travers des images que t'as vu pendant que vous vous embrassiez, à travers des bribes d'histoire, tu t'en fous, y a ce fil qui relie vos deux cœurs, vos deux âmes, tu peux pas passer à côté de ça, tu peux pas foutre tout ça à la poubelle et attendre plus tard, pas dans l'endroit où vous vous étiez couru après si longtemps. Un petit rire quand il te dit que pour toi il serait toujours libre. « Free for having sex ? Or anything else too ? Anyway count me in. » Les lèvres dans ton con, t'as un sourire, un peu trop grand. Les lèvres qui remontent le long de ton cou, ton rire qui continu, l'euphorie qui prend possession de toi, de ton corps, un rire qui se transforme en gémissement quand tu te fais littéralement soulever du sol, t'as un juron, un couinement, t'es plutôt lourd, tu fais sûrement quelques kilos de plus que lui, tu te caches sous des hauts un peu trop large généralement pour essayer de cacher un peu tout ça, c'est pas pour rien que t'as un visage d'enfant. « Okay wow, you're strong. » Tu t'accroches un peu, tu voudrais pas tomber. Ton dos contre le mur, t'es à la même hauteur que lui maintenant, tes lèvres prisent en otage, encore, un ronronnement que t'as, tu t'en croyais pas vraiment capable, faut croire que t'aime le sentir contre toi. Il reprend sa respiration, toi aussi, t'as un peu la tête dans le vide, tu ne penses qu'à lui, tu vois les iris de bêta qu'il a, un petit sourire qui naît sur tes lèvres. « Warning, I'm chubby. I know people don't really like that and stuff so I'm telling you right now. And I don't want to make love on a wall, well maybe I do, but it's my first time so somewhere comfier ? I don't care in fact, whatever. » Tu parles, trop, c'est une particularité chez toi. T'as un petit sourire, timide, tu sais pas trop quoi faire, t'embrasses sa joue, c'est la seule idée qui te viens. « So. Sorcerer and Wolf, and strong, and who love stars, yup, definitely a good soulmate huh ? Poor you, you're gonna be stuck with me. » Tu te détestes parfois, tu parles, trop.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Dim 3 Mar - 9:35

On t'avait raconter l'histoire de la rencontrer des tes oncles. C'était dans un club de combat. Ils se sont combattus et Kai avait gagné. Le lendemain, il était venu frappé à la porte de Wolf, demandant du sucre pour ton thé. Sauf qu'il s'était trompé le loup. Il avait mis du sel à la place. Leur regard s'était croisé et l'imprégnation s'était faite. Tu as su l'autre parti de l'histoire bien après. Ils se sont sauté dessus. Premier baiser, première fois. L'imprégnation, la marque, tout en même temps. Tu trouvais ça stupide. Tu pensais qu'il fallait attendre de mieux connaître la personne avant de le faire. Tu n'avais pas compris ce que l'imprégnation impliquait. Tu as croisé le regard de Sora. Son odeur qui s'était amplifié. Ca t'a rendu fou. Le baiser juste pour éloigner un ex. Cela aurait pu être jouer, un baiser sur le joue, mais non. Un vrai baiser. Un baiser passionné. Et tu l'as fait venir faire toi pour en demander plus. Un baiser sans doute un peu trop long parce que les derniers clients, les derniers membres du personnel étaient partie, vous laissant le planétarium pour vous deux. Rien que vous deux. Est-ce que tu es libre ? Oui, totalement. Tu ne voulais pas le quitter aussi rapidement. Tu voulais profiter. Tes lèvres qui se posent sur sa peau. Sucré tout comme son odeur.
« Free for having sex ? Or anything else too ? Anyway count me in. » Un rire qui s'échappe de ta bouche. « I'm free for everything. » Tu t'étais moqué de tes oncles et te voilà à faire pareil. Tu savais que si ça venait à se savoir, tu aurais le droit au même traitement. Mais ce n'était pas ce qui t'importait actuellement. Tu étais plus concentrer à sentir Sora contre toi, à être envahi par son odeur. Tu le portes assez facilement. La force de loup était quelque chose d'utile. Tu le plaques contre un mur. « Okay wow, you're strong. » Le sourire en coin qui se dessine. Tes lèvres qui attaquent à nouveau les siennes pendant qu'il s'accroche à toi pour éviter de tomber. Tu veux plus. Tes mains qui passent sous son haut, tes mains qui s'accroche à sa peau. Le baiser qui se termine parce que tu as besoin de respirer, lui aussi d'ailleurs. Tes yeux qui changent de couleur. Violet. Le loup qui prend possession de toi. « Warning, I'm chubby. I know people don't really like that and stuff so I'm telling you right now. And I don't want to make love on a wall, well maybe I do, but it's my first time so somewhere comfier ? I don't care in fact, whatever. » Sora qui parle beaucoup, un peu trop. Sans doute que ça t'aurait énervé, mais là, c'était le contraire. Tu trouvais ça adorable. Tu le trouvait adorable avec son air gêné. Il veut te prévenir. Peut-être qu'il ne sera pas à ton goût. Peut-être que tu ne vas pas l'aimer. Un autre baiser sur ses lèvres. Un plus doux. « I don't care of that. You're pretty, beautiful as you are.» Une de tes mains qui se pose sur sa joue, qui la caresse doucement. « You're perfect. » Comme s'il était l'une des merveilles de ce monde. Tu le porte toujours pour l'emmener vers une autre pièce. « So. Sorcerer and Wolf, and strong, and who love stars, yup, definitely a good soulmate huh ? Poor you, you're gonna be stuck with me. » Un autre rire qui s'échappe de ta bouche. « I don't know if I'm really a good soulmate. » C'est même le contraire. Normalement, toute personne sensé se serait dit qu'il aurait valu une autre âme sœur. Tu n'étais pas fréquentable. Tu n'étais pas stable. T'étais loin d'être parfait. T'étais même tout le contraire. Sauf qu'avec lui, tu voulais être meilleur. Tu voulais que cette part d'ombre en toi disparaisse. « Well angel and sorcerer, lover of the sky and five guys, that's definitely good. » Un autre baiser sur ses lèvres. Une pièce dans le planétarium dans le noir le plus complet. Seul les quelques étoiles représentées brillaient. On les voyait bouger comme si c'était un vrai ciel. Tu le dépose contre un matelas. La meilleure idée que le planétarium ait pu avoir. Tu l'allonges doucement, tu veux éviter qu'il se fasse mal. « Is it comfier here ? » Ta main qui caresse doucement son visage, qui passe dans ses cheveux. Tes lèvres qui se pose à nouveau sur les siennes. « Tell me I hurt you or does something wrong. » Un autre baiser. Un peu plus passionné. Tes mains qui viennent sous le haut de Sora, qui agrippe le tissu pour passer le vêtement au dessus de la tête et ainsi rejoindre le sol. Tes lèvres qui se posent sur son cou, qui descend petit à petit, qui parcourent son torse pour arriver a son bas ventre. Les mains sur son pantalon que tu commences à défaire doucement. Tu attends son approbation. Tu joues encore un peu avec lui pour voir sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Dim 3 Mar - 12:56


T'as l'habitude des regards un peu dégoûtés sur ton corps, parce que t'as quelques kilos en trop sur le ventre et sur les hanches, t'as l'habitude des regards en coin dans la rue qui se demandent pourquoi t'as des vêtements aussi larges, t'as l'habitude du regard des gars que tu croises au détour d'un bar quand tu finis contre un mur à éviter leurs bouches, le regard qu'ils ont quand y a un petit surplus de graisse. T'aimes pas ça, ça te fait te sentir sale, mal, pas assez beau, pas assez parfait. T'as ce besoin de lui dire, que t'es gros, même si ce mot te fait te sentir un peu diminué, même si ce mot te hante presque et brusque tes pensées. Les gens aiment pas non plus quand tu parles, quand tout ce que tu penses sort de tes lèvres, tu t'es pris plusieurs gifles pour ça, de tes parents, de tes copains, même de tes potes. Tu parlais trop, tu ne disais que la vérité, tu ne disais que ce que tu pensais. C'était dur, difficile, tu voulais arrêter, t'avais déjà réussi à arrêter. Fermer ta bouche et sourire juste, c'est comme ça que ça marchait, c'était à partir du moment où tu te taisais que les gars venaient te draguer. Ils aimaient les gars qui ouvraient leurs bouches que pour sucer. Tu t'es fait à cette raison, tu savais pas pourquoi avec lui c'était si différent, pourquoi tu parlais et qu'il ne réagissait pas comme les autres, pas d'air fatigué, énervé, ça ne le dérangeait presque pas et tu mentirais si tu disais que ça ne te rendais pas heureux. T'attends que les mains de Milo soient sous ton haut pour oser dire quelque chose, parce que c'est là qu'il devait sentir l'excès de gras, de peau, sentir les quelques vergetures sur ta peau, il t'embrasse, doucement, t'as un petit sourire, tes joues qui rougissent quand il te dit qu'il s'en fout, que t'es parfait comme ça, personne t'avais jamais dit ça avant et ça te faisait plaisir, vraiment plaisir. Les mains sur tes joues d'enfants, il te dit que t'es parfait et t'as un petit rire, t'es tout sauf parfait mais tu veux pas le contredire. Il te porte, encore, vers une salle où t'as jamais mis les pieds, t'avais jamais vraiment osé, c'était une genre de salle de repos, où les gosses devaient faire la sieste en regardant les étoiles. Il te parle, un peu, le temps que vous arriviez et t'as un sourire, il se rend pas compte de tout ce qu'il est, de tout ce que tu ressens déjà pour lui. Un baiser sur tes lèvres, tu te fais déposer, allonger sur un matelas, tes yeux qui fixent le ciel avant de le fixer lui, un petit rire que t'as aussi. « It actually is comfier. » Ta main qui caresse sa joue, il est beau, il a l'air d'être un peu brisé. La main de l'ange de la mort sur ta joue, dans tes cheveux, un sourire que tu as, un baiser, doux, beaucoup trop doux, comme un peu de sucre sur le bout de la langue, tu te laisses totalement aller, allonger, tes muscles qui se détendent. « You're gonna be perfect, don't stress. » T'as un petit sourire avec le baiser, passionné, qui t'emporte un peu trop loin, ton haut qui se fait la malle, t'as un soupir quand ses lèvres glissent dans ton cou, ta main qui passe dans sa nuque, dans la naissance de ses cheveux. Ses lèvres qui tracent comme une carte sur ton corps, ton cou, ton torse, un ronronnement qui fait vibrer ta gorge, tu te sens bien, un peu trop bien, t'aimes le sentir. Les mains qui s'affairent à défaire ton pantalon, t'as un rire, peu continu, il attend, il veut être certain que tu veuilles de lui et t'as un petit sourire. Tes hanches qui bougent un peu, aide le pantalon à glisser, tu passes tes mains, attirent son haut vers toi, le lance sur le côté, il rejoint le tient, au sol. Tes chaussures et tes chaussettes qui partent aussi, tes lèvres qui attrapent les siennes. « Isn't it atypical ? Having sex in a planetarium. » Tes mains qui cherchent un peu trop dans ta poche de jean, sort une capote de ton portefeuille, on sait jamais, après tout, sur qui on tombe après avoir regarder les étoiles. « We probably don't need it but. You know. » T'hausses un peu les épaules, y a peu de risques de maladies, mais t'es prévoyant. Un peu trop. Tu te redresses, tes mains qui défont son jean, lui enlève son caleçon, t'as un rougissement devant lui, nu, tu te mets à égalité, tu sais pas trop quoi faire alors tu l'embrasses, t'as un peu peur, tu sais pas quoi faire. « I don't know what I am supposed to do. Can you take the lead ? » Tu demandes, t'es perdu, t'as jamais regarder de porno de toute ta vie, tu sais pas comment ça marche ces choses là. T'es rouge, un peu trop, tu te rallonges, les cuisses un peu écartée, tu veux être parfait et pourtant t'es tellement inexpérimenté.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Sam 9 Mar - 14:41


T'as envie de lui faire plaisir. T'as envie que tout soit parfait pour lui, parce que c'est ce qu'il méritait après tout. Ton loup qui se montrait un peu trop impatient, qui voulait le faire sien le plus rapidement possible. Sauf que Sora voulait aller dans un endroit un peu plus confortable. Un sourire, un léger baiser avant de le prendre dans tes bras pour l'amener dans une pièce qui était censé être réservé pour les enfants. C'était un peu la garderie du planétarium lorsque les enfants pouvaient en avoir marre. Des matelas. Les ciel étoiles avec une petite musique de fond comme pour endormir les plus petits. Enfants, tu passais beaucoup trop de temps dans cette pièce, tu demandais à ce que les étoiles avancent plus vite pour que tu puisses courir après. Une demande qui n'a jamais été abouti. Tu poses Sora délicatement sur le matelas. Tu veux qu'il se sente bien, qu'il ne soit pas effrayé par cette partie de monstre qui est en toi. Un doux baisé sur ses lèvres avant de demander s'il était bien installé. Tes lèvres qui s'étirent lorsqu'il a ce doux rire. « It actually is comfier. » Tu te sentais comme rassuré. Tes mains qui caressent doucement ses joues. Un autre baiser. Tu sens le stress monté. C'est un peu idiot quand t'y pense. Tu as déjà couché avec d'autre personne, mais là c'est différent. T'as envie que ça soit parfait, qu'il garde un bon souvenir de sa première fois. Tu n'as pas envie de le décevoir. « You're gonna be perfect, don't stress. » Tes lèvres qui s'étirent une fois de plus. Un autre baiser. Plus passionné. Des lèvres qui se promènent sur la peau de Sora. Tes mains aussi. Son pantalon, son haut qui se retrouvent au sol, loin de vous. D'autres baisers, de plus en plus intense. Sora qui brise un baiser pour parler à nouveau. « Isn't it atypical ? Having sex in a planetarium. » Un rire qui s'échappe de tes lèvres. « Yeah you're right, but it's quite magical. » Le rire qui continue à s'échapper de tes lèvres avant de l'embrasser à nouveau. De souvenir, les premières fois de ta famille n'avaient pas eu lieu dans des endroits particuliers. Quoi que peut-être tes oncles, lors de la rénovation du manoir. Sora qui semblait chercher quelque chose dans sa poche. Un préservatif. T'as un sourire. Une casse sur ses joues avant de l'embrasser et de prendre le préservatif dans tes main.« We probably don't need it but. You know. » Un autre baiser . « Safety first. » Même s'il y a peu de chance que quelque chose arrive. Une grossesse ce n'est pas près d'arriver puisque la morsure n'a pas encore été faite et t'as toujours été prévoyante sur ça. Un sourire qui se dessine lorsqu'il enlève tes vêtements. De façon un peu maladroite, mais tu trouves ça adorable. Vous étiez nus à présent, des lèvres qui se promène encore sur son corps. Sora qui attrape tes lèvres pour un nouveau baiser. « I don't know what I am supposed to do. Can you take the lead ? » Tes mains qui caressent ses joues. Tes lèvres qui viennent l'embrasser passionnément. Une réponse de ta part. Tu allais prendre le contrôle. Sora qui s'allonge à nouveau, qui écarte un peu ses qui cuisses. Toi qui te met au dessus de lui avec un doux sourire. Un baiser pour le rassurer. D'abord tes lèvres qui parcourent son corps. Son cou, son torse, son bas ventre. Puis tes mains. Des caresses pour le détendre. Tes mains qui le caressent, qui le rassurent. Tes mains qui viennent caresser son intimité, qui commence à le préparer aussi. Un baiser et tu commences à te positionner à son entrée. Un baiser quand tu commences à venir à l'intérieur de lui. T'attends avant de bouger. Tu essuies les quelques larmes qui commençaient à venir. « Tell me when you're okay baby. » Des caresses sur ses joues. T'attends un signal pour pouvoir commencer à bouger. Tes iris qui sont toujours teinté de violet. Le loup qui s'impatiente à le faire tien.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Dim 17 Mar - 22:52


Tu ne pouvais pas qualifier ce moment d'autre chose que d'étrange. C'était étrange de trouver ton âme-sœur, là, maintenant, c'était étrange de l'avoir embrasser, de sentir que c'était le bon dans tes veines, c'était bizarre de sentir son odeur, de sentir sa chaleur. Tu parlais, trop, c'était sans doute chiant, tout le monde te le disait, tu parles trop, tu montres trop ton cœur aux gens. Tu montres tellement ton cœur qu'il est visible de tous, qu'on peut te l'arracher d'un mouvement, tu savais qu'il ne le ferait pas, il ne te briserait pas le cœur, t'espérait, tu voulais vraiment y croire, tu voulais croire que ce n'était pas qu'une légende des ancêtres, de ceux qui avaient connu l'ancien monde, t’espérais que ce soit plus romantique que ça, que ce soit une histoire qui dure. T'avais jamais duré avec personne, t'étais juste un morceau de chaire qu'on jetait violemment, t'étais rien de plus pour eux qu'un passe temps qu'on pouvait abandonner rapidement, t'étais rien, qu'un corps un peu trop disgracieux pour eux, un peu trop fragile aussi, t'étais pas supposé aller mal, avoir mal, t'étais pas supposer ressentir. Il te fait du bien, il a l'air de comprendre, il a ces yeux qui te disent que tout ira bien, que t'étais en sécurité, il avait de ces yeux un peu trop doux, une couleur dans laquelle tu pourrais te noyer, il avait une odeur qui pouvait rendre fou le plus sage des hommes. T'étais en sécurité, il te hurlait ça avec ses caresses, ce regard violacé qui te sondait, tes cuisses qui s'ouvrent un peu, en sécurité, peut-être que c'était vrai, qu'il avait raison, peut-être qu'il t'aimerait jusqu'à la fin de sa vie. Le sourire, doux, les mots, sa voix, t'avais besoin d'entendre sa voix. « Talk. Please. » Tu voulais être rassuré, aimer, tu voulais qu'il te prouve qu'il était là pour toi, tu voulais qu'il te prouve qu'il t'aimait, qu'il t'aimerait toujours, tu voulais qu'il te prouve que t'étais pas juste une conquête de passage. T'avais jamais rien fait avec personne, t'avais jamais toucher quelqu'un d'autre, tu t'étais toujours enfuit, t'avais toujours nier le vouloir, parce que tu ne le voulais pas, lui, ça allait, tu savais pas pourquoi, peut-être que tu voulais pas savoir. Il te touche, un peu, beaucoup, tu retiens ta respiration, t'as jamais ressenti ça c'était un peu trop, c'était un peu trop étrange, un peu trop profond aussi. Les larmes qui perlent sur tes joues quand il vient, trop gros, t'as un peu mal, c'était bizarre, un peu trop étrange, un sanglot qui perce ta barrière aussi, t'as l'impression d'être à sa merci et tu as du mal à l'encaisser. C'était inconfortable, douloureux, tu t'étais jamais toucher, t'avais jamais laisser personne te toucher, t'avais jamais essayer toi même, c'était la première fois, tu comprenais pas les autres, ça avait jamais l'air de faire mal, ça avait toujours l'air fabuleux. Tu te décoinces, un peu, tu bouges le bassin, le passage un peu facilité. « I'm okay. But slow. Please. » Tu veux pas qu'il aille trop vite, tu veux juste ressentir, et tu ressens, un peu trop, tes bras autour de lui, t'as peur de pas être assez bien. « you love me? » T'aimerais qu'il te hurle que oui, qu'il t'aime depuis que vous êtes enfants, qu'il te cherche depuis tout ce temps. Tes mains dans sa nuque, les griffures que tu lui laisses, tu veux juste que la douleur parte, tu veux juste le ressentir lui. « Is it gonna hurt for a long time ? » Question enfantine, normale, question que tu te poses légitimement. «  I love you. » Que tu murmures. T'as même pas besoin de te poser de questions.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Dim 24 Mar - 12:18


Pour toi, ce n'était qu'une journée de plus qui était terminé au planétarium. Tu aurais sans doute erré dans les allées vides, profité de ce calme et ensuite rentré chez toi, parler de ta journée à tes mères, à Ruby. Une journée ordinaire. Sauf que l'odeur de pop corn était revenu. Un gamin qui était à peine plus âgé que toi qui te fonce dessus, qui t'embrasses pour faire fuir un ex jaloux. L'imprégnation. Le gamin qui te faisait courir partout parce que tu partais à sa recherche lorsque tu étais enfant venait tout juste de te rentrer dedans. Ton cœur qui s'était mis à battre un peu trop vite. Au moins, t'es sûr que tu as un cœur à présent. Des baisers. Tes mains qui parcourent son corps. Tu le rassures. Tu es là pour lui. Il est magnifique. Tu ne le blesseras pas. Tout se passera bien. Tu as envie que tout se passe bien. Le gamin, Sora, qui parle sans doute un peu trop. Peut-être à cause du stress ou alors il était juste comme ça. D'habitude, ça t'aurait dérangé, mais avec lui c'était différent. Tu trouvais ça adorable. « Talk. Please. » Un sourire qui se dessine sur ton visage. Tes mains qui se baladent délicatement, doucement, sur ses joues. « Everything is gonna be ok Sora. » Un baiser sur ses lèvres. Tes mains qui descendent lentement. Ton regard qui plonge dans le sien une fois de plus. Ton sourire qui s'agrandit. Il est magnifique. Il ressemblerait presque à une poupée de porcelaine sans qu'il n'est la couleur. Cette peau lisse, cette peau qui brille quand si au moindre geste brusque, elle allait se briser. Ses cheveux, ses boucles qui étaient en désordres. Un magnifique chaos. « I'm here. I'm with you. I'm never gonna leave you. » Un autre baiser tout aussi tendre, mais plus profond. Tu le touches, t'essayes d'être le plus doux possibles. Tu as envie qu'il essayes de penser à autre chose. Des baisers. Des mots d'amours pendant que tu le prépares. Tu arrives en lui. Tu ne bouges pas, tu veux qu'il te dise qu'il soit prêt. Les larmes que tu essuies, les baisers sur sa joue. Tu attends. Et il bouge son bassin avec une légère grimace. « I'm okay. But slow. Please. » Ton bassin qui bouge lentement.Tu ne veux pas le brusquer. Les larmes qui continuent de monter, tu le vois. Un autre baiser pour le rassurer pendant qu'il passe ses bras autour de toi. « you love me? » Ton sourire qui se fait toujours aussi présent. « I do. » Depuis que t'es gosse. Depuis la première fois que t'as senti cette odeur de pop corn. Tu continue de bouger lentement. Ses ongles qui te laissent des traces. Il a encore mal. Tu le ressens. Il est encore stressé. Tu arrêtes de bouger un moment. Il a besoin de prendre une grande respiration, tu le sais bien. « Is it gonna hurt for a long time ? » Tu lui fais signe que non.  « No. Few minutes. You need to be calm and don't stress. » C'est ce que tu as entendu. C'est le stress qui faisait avoir mal. Tu essayes de le détendre au maximum. Tes mains qui le caressent, qui le massent, qui le rassurent. Les baisers que tu déposes un peu partout. « I love you. » Tes lèvres qui s'étirent de nouveau. « I love you too. » C'est sans doute la première fois que tu dis ces mots à haute voix.« You're perfect. » Tes lèvres qui glissent sur sa joues. Des baisers que tu déposes alors que tu commences à bouger lentement.  Tes lèvres qui se baladent. Tes mains aussi. Tu continues de lui parler, de le rassurer. Tu espères voir un sourire. Tu gémis lorsque ses ongles s'enfoncent dans ta peau. Tes dents qui s'enfoncent doucement dans sa peau. La morsure qui arrivent. Le sang, son sang qui coule dans ta gorge. Il est devenu tien à présent. C'est officiel. Tu souris lorsque tu vois qu'il commence à se détendre, à te sourire, à rire aussi. Tu accélères lorsqu'il te demande. Un peu, mais ce n'était rien de brutal. Il va arriver, tu sens se serrer autour de toi. Tu l'embrasses pendant qu'il vient, pendant que tu viens aussi.« You were a good boy. » Tes mains qui caresses ses joues. Un sourire en coin qui se dessine. « Baby boy deserves a reward. » Tu te retires lentement. Tes lèvres qui quittent les siennes, qui descendent petit à petit, qui arrive à son intimité. Tu le prends en bouche. Tu le regardes avec un petit sourire. T'as juste envie de lui faire plaisir.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
message posté :

Revenir en haut Aller en bas
 

Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Outils de modération
 
Sauter vers: