AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Jeu 21 Fév - 20:20


T'es pas normal. Ça tu le sais depuis que t'es gosse. Il y avait trop de pureté dans ta famille. Deux enfants d'ange. Un phœnix. L'alpha des alphas. La suprême chez les sorciers. Ta famille n'était pas célèbre pour rien. La nature avait décidé qu'il fallait équilibrer les choses. Deux enfants des ténèbres. Ta sœur cadette et toi. Deux d'une même famille. Tu trouvais ça injuste. Tout ça parce qu'une de tes mères étaient à moité ange. Elles ne méritaient pas ça. Et encore, elles ont de la chance avec Ruby. Ses pouvoirs sont peut-être issus des ténèbres, mais elle s'en sort bien. Elle les contrôles. Elle n'a pas laissé son cœur devenir totalement noir. Toi, c'est le contraire. T'avais beau essayé de te rapprocher de la lumière, les ténèbres venaient toujours te rattraper. Tout le monde connaissait ta réputation. Ta famille te craignait. Tu vois leur regard. Tu sais ce qu'il pense de toi. Elles auraient préféré qu'il n'y ait que Dawn. Au moins, elle n'avait pas des envies de meurtres toutes les cinq minutes. T'étais encore un gamin, t'avais peut-être six ans, mais tu te souvenais encore de leur regard lorsqu'elles ont vu ce que tu as fait de la nouvelle baby-sitter. Tu voulais juste un chocolat. Mais il n'était pas l'heure. Vous alliez bientôt manger. T'étais un enfant. Une crise qui commençait. Tes yeux qui changeaient de couleur. Complètement noir. Les ustensiles de cuisine qui commençait à s'envoler. Les couteaux qui se plantent dans son corps. Elle qui se vide de son sang sur le sol de la cuisine. Mais tu t'en fiches de ça. Toi tout ce qui t'importait, c'était de prendre ton chocolat. Toi qui grimpe sur une chaise, sur le meuble pour enfin ouvrir le placard et prendre les chocolat que tu aimais tant. Tu en avais rien à faire de la baby-sitter. Tu t'étais assis dans son sang, mangeant tes chocolats comme si de rien n'était. Tes mères sont rentrées dans la pièces et tu leur avais fait un grand sourire et t'avais même ri. Sauf qu'elles n'avaient pas la même expression que toi. Elles étaient horrifiées. C'est sans doute à partir de ce moment-là qu'elles se sont éloignées de toi. De toute façon, le fils parfait de la famille, c'était Cassie. Toi, t'étais juste une bouche à nourrir en plus. Elles avaient essayé de t'entraîner, comme avec Ruby, pour tes pouvoirs. Un entraînement qu'elles ont arrêté quand ta cadette a pu les contrôler presque totalement. Peut-être bien qu'elles t'aiment. Elles te l'ont dit plusieurs fois quand tu commençais des crises. Peut-être qu'elles mentaient. Peut-être qu'elles te disaient juste pour te calmer. Ou alors elles disaient bien la vérité, sauf que la peur prenait le dessus. La peur qui avait encore plus pris le dessus quand tu as passé tes épreuves de sorciers. On pouvait avoir le dernier mot sur son alignement. Toi t'avais pas eu le choix. Un massacre. De la torture et de la nécromancie. Même Nayeli qui avait aussi fait un carnage avait eu le choix. T'étais chaotique. Les ténèbres étaient enfouies au plus profond de toi. L'instabilité qui est en toi. C'est sans doute pour ça que ta vie, c'est un peu n'importe quoi. Le lycée que t'as fait sans vraiment l'avoir. Tes jours de présences qui étaient clairement en infériorité par rapport à tes jours d'absence. Pourtant, tu l'as eu ton diplôme, sans trop savoir comment, mais tu l'as eu. Peut-être qu'il te l'ont donné parce qu'ils avaient eu trop peur. L'université, t'as abandonné l'idée. Tu n'arrivais pas au lycée pourquoi continuer plus loin. Alors t'as commencé à travailler. C'était stupide de penser que tu pouvais avoir une quelconque stabilité dans ta vie. Les jobs qui s'enchaînaient un peu trop vite. Tes mères qui n'étaient même plus surprises, qui ne te disaient plus rien. T'es viré. Une fois de plus. Pour la même raison. T'as failli frappé un client. Tu n'avais pas agi pour rien. Le client avait été un connard avec sa femme dans les rayons du supermarché. Il t'en avait fallu pas plus pour te déchaîner. Comportement inacceptable. Renvoyer sur le champ. Presque trois mois que t'y travaillais. Un record. Tu ne voulais pas rentrer tout de suite, t'en avais pas la force. Tu passais par le parc. Il était assez grand pour que tu puisseste perdre quasiment une après-midi. Même là, tu voyais les gens t'éviter lorsque tu t'approchais d'eux. T'étais un peu comme Moïse. Sauf que toi au lieu de séparer la mer en deux, tu pouvais séparer une foule en deux. T'avais finalement trouvé un coin tranquille. Rester seul, c'était presque une habitude pour toi après toi. Tu ne sais pas combien de temps, t'es resté assis sur le sol à regarder l'horizon, mais il y avait quelque chose qui t'avait sorti de tes pensées. Une odeur. Douce, légère odeur qui commence doucement à te rendre fou. Et des cris, des protestations. Tu te lèves, tu suis l'odeur, les cris. Et t'arrives devant ce qui semblait être un couple. Une dispute encore. Des mots beaucoup trop forts. Des gestes beaucoup trop violents. C'était trop. Le cou du mec qui se brisait. Le cadavre qui tombait au sol dans la seconde. « Are you okay ? » Il était de dos, tu ne voyais pas son visage. Mais quelque chose t'intriguais. L'odeur venait de lui. En tout cas, elle était plus forte. Tu te recules. Tu te mets dans l'ombre, t'as pas envie qu'il te voit.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Jeu 21 Fév - 21:12


La peur. L'angoisse. C'était des sentiments qui berçaient tes journées. Tu savais pas pourquoi ni comment, tu savais pas pouvoir t'avais accepter de sortir avec lui, pourquoi t'avais dit oui quand il t'avait abordé près de l'université, il était dans ta classe, le type de gars qui avait pas l'air méchant, un peu geek sur les bords, et puis ça avait dégénéré, tu te souviens de quand t'es arrivé à l'improviste chez lui, une fille qui était à genoux entre ses jambes alors qu'il était entrain de jouer aux jeux vidéos, t'avais su rien dire, t'avais fait comme si de rien n'était et t'avais déposé la nourriture dans la cuisine, peut-être que c'était un signal pour que tu le laisses tranquille et que tu ne reviennes plus jamais, t'aurais dû l'interpréter de cette manière, il t'avait dit ensuite que c'est parce que t'avais pas été là et que la fille lui courrait après depuis longtemps, que toi tu voulais pas coucher avec lui de toutes façons. Tu voulais pas, t'étais même pas amoureux, tu cherchais juste à faire taire les bruits dans ta tête, tu voulais juste que ça se calme un peu, et ça se calmait, c'était de moins en moins fréquent d'entendre les appels à l'aide d'innocent alors que t'en devenais un. Tu te souviens pas du premier coup, peut-être que c'était en été, tu t'étais mis torse nu parce que tu crevais de chaud et il t'avait attrapé pour te tiré à l'intérieur, te dire que t'avais pas le droit de montrer ton corps à tout le monde sauf à lui. T'avais eut mal, le coup dans la mâchoire, sur le torse, tu veux pas te souvenir de la suite, dans un coin de ta tête. Tu sais pas pourquoi tu l'as pas quitté, pourquoi t'acceptais encore de le voir, pourquoi tu t'acharnais autant à l'idée d'être son petit-ami. Ta stupidité illimitée qui te donnait envie de te gifler à chaque fois que tu te regardais dans un miroir. Pas de parents, pas d'amis, t'étais juste seul et t'assumais d'être seul. T'avais pas le droit de lever les yeux, pas le droit de parler fort, pas le droit de vivre. Tu t'étais jamais résigné à lui donner ta virginité, cette partie de toi que tu voulais offrir à quelqu'un de confiance, pas quelqu'un qui te demanderait tout de suite de céder. T'étais pas comme ça, tu savais que c'était pas la personne pour toi et pourtant t'osais pas partir, ça faisait trop mal. T'étais attaché, fallait pas, c'était un connard, tu le savais, et au fond tu te disais peut-être que ça devait être ta faute, trop bête, trop enclin à dire oui. T'étais l'enfant d'un ange et d'un sorcier, t'étais une autre de ces créatures, t'avais peur, peur d'être toi, d'avouer aux gens que t'étais pas simplement un petit sorcier trop calme et trop gentil, t'étais terrifié par la vie et par la mort, t'étais terrifié par ton existence même. Incapable de se défendre, incapable de faire le mal, t'étais ce type de personne et tu te détestes pour ça. T'es étudiant aussi, la plupart du temps t'es chez ton copain à faire le ménage, à manger et ensuite t'allait en cours parce que pourquoi pas ? Les bleus sur ton visage, ton corps, les bleus que tu maquillais comme tu pouvais, tu cachais les tâches de rousseurs que tu pouvais avoir, tu cachais tout ce que tu pouvais, t'étais plus toi et ça te rendait fou. T'avais accepter de l'accompagner au parc, c'est comme si t'avais oublier ce que signifiait le mot refus, le non, c'était comme si t'étais incapable de lui refuser quelque chose, un pic-nique, romantique, ça s'annonçait bien, peut-être qu'il fallait pas que t'ai trop d'espoir. Alors, tu l'avais quand même fait un repas, t'avais tout préparer, t'avais rien oublier, t'avais fait la liste, tu l'avais répétée plus de six fois pour être certain et pourtant t'avais pas compris quand il avait commencé à hurler et que tu t'étais lever à cause de l'angoisse et que tu t'étais reculé, bon c'était un pic-nique de fin d'après-midi mais c'était ce qu'il voulait, alors t'as pas compris quand il t'a frapper, disant que t'étais un bon à rien, comme d'habitude, que tu savais rien faire correctement. Puis plus rien, ton petit-ami qui s'écroule, et t’arrive à rien dire, tu sais pas pourquoi tu te sens soulager, t'es pas censé ressentir ça, t'étais censé être triste non ? Censé ne pas être heureux. Une voix qui te demande si tu vas bien, et tu vas mieux, d'un coin, un sanglot qui sort de tes lèvres et tu te jettes dans les bras de l'inconnu. « Thank you so much. » T'avais senti que cette fois il te tuerait, que si vous étiez retourner dans son appartement il t'aurait sans doute violé et tuer, tu le savais. « I knew he wanted to kill me, I could feel it. » Tu pouvais sentir ses sentiments, tu pouvais sentir les sentiments de tout le monde en fait. Tu sentais rien avec lui, ça te calmait, ça te rassurait. « Thank you. » Tes bras autour de lui, tu ne l'a pas regarder, tu savais juste que tu voulais pas le quitter parce que ça semblait beaucoup trop naturel. Tu te détaches un peu, baisser la tête, le maquillage qui n'était pas sur ton visage aujourd'hui, les bleus un peu trop présents sur tes joues, ton cou, une trace d'étranglement autour de toi, de tes poignets. « Sorry for hugging you without your permission. » Tu t'excuses vraiment, tu voulais pas l'effrayer, pas le mettre mal à l'aise. « I'm Sora. » Tu tends ta main, celle recouverte du haut de ton pull. « Thanks again. You're my hero. » Tu sais pas quoi dire d'autre, t'avais attraper la glacière avec le reste de nourriture et t'avais tiré le gars avec toi, un endroit moins exposé et tu t'étais assis en tailleur. « I. I don't like to eat alone and I swear that I'm a good cook. We still have pastas, snacks, sandwichs... And even alcohol if you want to forget something. » Un rire un peu trop clair qui sort de ta bouche. Tu veux peut-être juste te faire un ami.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Ven 22 Fév - 10:20


Ton téléphone qui se met à sonner, à vibrer. T'as pas envie de le regarder immédiatement. Sans doute parce que tu as un peu peur. Peur que ça soit quelqu'un de ta famille qui a su pour ton licenciement, quelqu'un qui te fait un sermon par message. Tu veux pas regarder. T'as envie de les ignorer un peu. Essayer, sauf que tu n'as pas réussi. T'as peut-être tenu trente secondes. Un exploit. Le cœur qui se serre lorsque tu vois la notification. Ta mère. Celle qui t'a porté. T'as le cœur qui se serre. T'as l'impression de l'avoir déçue, de l'avoir trahie, alors qu'elle n'était au courant de rien. Mais, c'est ton état en général. L'impression d'être le raté de la famille, celui qu'on abandonnerait bien, qu'on échangerait bien volontiers. Un message banal. Elle te demandait si tu allais bien, si tout allait bien et ce que tu voulais aussi manger en rentrant. Ta mère qui veut trop bien faire. Des fois, tu peux ressentir l'amour qu'elle te porte. Et pourtant, ce que tu ressens principalement, c'est cette peur. Peur que tu puisses un jour perdre la tête et massacrer la famille. Elle essaye de te rassurer. Tu n'es pas un monstre. Tu n'es pas un démon. Tu n'es pas Satan. Elle te rassure comme elle peut. Lucifer était aussi un ange après tout Un ange qui a mal tourné. Un ange qui est capable d'invoquer l'apocalypse. Tu n'arrives pas à voir le bon en toi. C'est même le contraire. Tu n'es fait que de ténèbres et rien d'autre. Pour toi, il n'y a qu'une seule pour résoudre un problème : Tuer. C'est ce que tu as failli faire au supermarché lorsque tu as vu ce mec frapper sa femme. C'est ce que tu as fait avec ce type. Il avait le bras levé et la seconde d'après, son cadavre était sur le sol. Un corps sans vie. C'est ce qu'il méritait. Tu t'étais reculé pour que l'autre personne ne puisse pas te voir. Est-ce qu'il allait bien, c'était tout ce qui t'importait. Un sanglot qui était sorti de ses lèvres. Il devait être encore sous le choc. T'attendais à un oui ou à un non. La réaction fut tout autre. Mais tu n'étais pas attendu à ce qu'il vienne dans tes bras. C'était toi qui étais surpris. Tu n'osais pas bouger, alors qu'il était dans tes bras. « Thank you so much. » Tu regardes autour de toi. « I knew he wanted to kill me, I could feel it. » Il est encore dans tes bras. L'odeur qui était encore plus présente, qui t'enivrait presque. Cette odeur de chocolat chaud. Le chocolat que tes mères te préparaient quand tu étais gamin. « Thank you. » Tes bras qui bougent enfin. Ils enlacent cet inconnu qui te remercie encore et encore. Tu respires une fois de plus son odeur. Une odeur qui te rassure, qui efface tes doutes et tes angoisses. Une odeur qui semblerait éloignée le démon qui est en toi. Il s'éloigne de toi. Il a la tête baissée mais tu peux voir que sa peau est teintée de bleu. Tu jettes un coup d'œil au cadavre. Il l'avait bien mérité. Tes poings qui se serrent doucement. Tu sais pas pourquoi tu agis comme ça. « Sorry for hugging you without your permission. » Il te sort de tes pensées. Tu le regardes. « I'm Sora. » Il a encore la tête baissée, mais il te tend la main. Tu la regardes durant un ou deux secondes avant de tendre la main et de serrer la sienne. Enfin, tu l'effleures plutôt. Une peau douce, un peu trop lisse. « I'm Milo. » Tu continues de le regarder et enfin il lève sa tête. Tu peux enfin admirer son visage, ses yeux. Tu restes bloqué durant une ou deux secondes. L'odeur qui te rend fou. Des visions. Lui. Sa vie. Un parent sorcier. Un parent ange. Il est comme ta mère. Tu vois sa vie. Tu vois le mec qui le harcelait d'une manière un peu trop douce pour montrer sa vrai nature de connard. Tu vois les coup, tu ressens la peur chez Sora. Tu serres un peu plus fort sa main. Tu le ramènes contre toi, tu le serres fort comme pour le rassurer, comme pour lui dire que tout irait bien à présent. Tu venais de t'imprégner. D'un ange. Enfin demi-ange. C'est plus qu'ironique à ce point. Tu le laisses partir, s'éloigner de toi. « Thanks again. You're my hero. » T'as un rire. Presque nerveux. « Well that's not really the reaction I get when I killed someone. » C'était bien la première fois que t'avais eu ce genre de réaction. D'habitude, c'est plutôt l'inverse. Les gens avaient peur de toi, t'insultait, criait, partait en courant. Lui avait pris la glacière, t'avais pris par la main pour t'emmener dans un endroit un peu plus éloigné, à l'abri des regards. L'ange qui s'asseoit en tailleur. « I. I don't like to eat alone and I swear that I'm a good cook. We still have pastas, snacks, sandwichs... And even alcohol if you want to forget something. » Tu t'installes en face de lui. Tu regardes dans la glacière, tu prends une bouteille. « Alcohol …. For Later. » Tu la reposes, tu cherches encore. Tout avait l'air bon. Effectivement, il avait l'air d'être un bon cuisinier. Tu lui tends un plat, des couverts. Tu le sers d'abord lui en premier. Puis, tu prends le plat de pâte. « So Sora, is that a date ? » Tu le regardes un sourire en coin. Ça devrait te déranger s'il répond oui. T'as une copine quand même. Kallisto. Enfin, c'est censé être ta copine, mais votre relation semble plus se baser sur le fait que vous soyez meilleur ami. Vous vous entendez bien, mais il n'y a pas d'amour. Elle est là parce qu'elle sait que tu peux la protéger, un peu par intérêt.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Sam 23 Fév - 1:05


Peut-être que c'était une réaction peu prédictible, voir inattendue, peut-être que c'était étrange, tout le monde semblait avoir peur de lui. Toi, tu comprenais pas, il t'avait aider, la mort n'était pas la fin, pas pour tout le monde en tout cas, ça lui donnait une chance d'être meilleur dans une prochaine vie, c'était comme ça que tout marchait. La vie donnait des présents à son âme-sœur la mort, et la mort gardait les présents de la vie pour toujours. C'était comme ça que tout marchait en ce monde, et peut-être que l'idée d'avoir un messager de la mort qui te sauvais ça ne te dérangeait pas plus que ça, peut-être que l'idée qu'il te sauve ne te dérangeait pas. T'étais au service de la vie comme de la mort, t'étais juste là pour une mission dont tu ne te souvenais pas réellement, t'avais eut ce battement de cœur un peu trop fort quand tes yeux avaient croisés les siens, il était beau, l'air fatigué, un peu abattu par les années, par la tristesse aussi. T'aimerais comprendre, t'aimerais savoir, t’ose pas demander. Milo, un prénom qui te fais un peu sourire, il inspire le respect et la douceur en même temps, toi c'était un prénom que tu trouvais basique et si peu intéressant que tu trouvais même pas important de dire. Il te sert la main, finalement, après un moment de latence, après son air un peu perdu, tu comprends pas, t'as par réflexe une main qui se porte à ton visage, ça doit être horrible à voir, tu veux infliger ta vue à personne. Tu te retrouves contre lui, une autre étreinte, t'as un sourire, ta main qui caresse son dos, tu veux savoir pourquoi ça paraît si normal, pourtant ça ne te dérange pas qu'il te touche alors que normalement tu t'enfuis en courant. Tu t'éloignes ensuite, un peu, un sourire sur les lèvres, tu lui répètes qu'il est ton héro et il a cet air confus sur le visage avec ce rire un peu nerveux. « If you're only killing bad people then you should always have someone who react this way. » Tu t'en veux même pas, il faisait le bien, d'une manière radicale mais il faisait le bien, t'avais l'impression qu'il sentait les âmes noires, qu'il faisait une sorte de ménage sur la planète et ça te faisait du bien, il avait cette aura qui te calmait, qui te disais qu'avec lui tu serais en sécurité, et tu le pensais vraiment. Ta main qui prend la sienne, douceur que tu as, légèreté aussi. Tu t'assieds en tailleur, lui explique tout ce qu'il se trouve dans la glacière. Tu ris à son air dubitatif, l'alcool c'était pas forcément la meilleur chose dans ce panier. Il te tend un plat, des couverts, t'as cet air surpris que tu auras sans doute toujours à chaque attention envers toi, ce regard un peu confus, gosse qui ne comprend pas ce qu'il se passe, pourquoi il se retrouve avec une assiette et des couverts dans les mains, de la nourriture qui se dépose, t'avais jamais le droit de manger devant ton copain, jamais le droit de manger en même temps que lui aussi, il trouvait ça dégoûtant, pas sexy. Il te demande, Milo, si c'est un rendez-vous galant, t'as le rouge qui teinte tes joues, un sourire timide aussi. « Do you want this to be a date ? I want to say yes. » Tu le regardes pas vraiment, quelqu'un comme lui devait déjà avoir un ou une petite amie. Tu baisses un peu les yeux. La nourriture qui s'ajoute dans ton assiette. «Thank you Milo. » T'oses pas manger, t'as du mal, tes yeux qui se baisses encore un peu. « Is that good ? » Tu le regardes, un peu confus, tu fais un effort et prend une bouchée, tu voulais pas vraiment faire mauvaise impression, ton petit-copain te disait que t'étais trop gros et qu'il fallait que tu manges moins, trop musclé aussi. « I can't feel what you're feeling, I feel calm with you. » Et c'est vrai, tu te sens calme, moins attaqué par les gens autour, il était comme une barrière.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Dim 24 Fév - 0:16


Ta mère qui s'inquiétait pour toi. En tout cas, c'est comment tu interprétais son message. Tu l'avais rassuré en disant que tu n'avais pas encore tué quelqu'un pour le moment. Parce qu'on n'était qu'à la moitié de la journée, qu'il y avait encore une bonne centaine de raisons pour que tu perdes la tête. Le meurtre qui arrive pourtant peu de temps après. Un couple qui se dispute. Le cadavre qui était au sol. T'as encore fait une victime. Tu te sens mal. Parce que ce n'était pas la bonne solution. C'était la facilité. Tu aurais pu faire autre chose. Simplement t'interposer entre eux. Ta mère, tes sœurs te diront que c'est juste ta manière de faire le bien. Tu n'es pas si certain que ça. C'est juste un moyen pour te défouler. Tu ne vérifies pas le casier, le passé des personnes que tu exécutes. Il y avait certainement des personnes innocentes qui ont payé le prix de tes crises de colère. Tu t'es reculé, tu ne voulais pas qu'il te voit. Sauf qu'il a couru dans tes bras, t'as remercié comme si tu venais de le libérer. C'est ce que tu venais de faire, tu l'avais vu quand tu t'es imprégnée. C'était un ange. Enfin un demi ange, comme ta mère. La vie se fou vraiment de toi. Tu le reprends contre toi, comme si c'était un besoin vital. Son odeur qui t'apaise, qui te fait oublier les ténèbres qui sont en toi. T'es son héro. C'est plutôt étrange, t'avais pas l'habitude de ça. C'était même le contraire qui arrivait généralement.« If you're only killing bad people then you should always have someone who react this way. » Tu pose ta main sur son visage, tu caresses doucement sa joue, toujours à cause de ce besoin presque vital. « I don't know if I only kill bad people. » Tu hausses les épaules. Tu t'es jamais réellement intéressé aux victimes que tu faisais. Tu t'en fichais. Elles étaient mortes et plus si importe que ça. « I just killed them. » Comme ça, par hasard ou presque. Une crise de colère et tu fais des victimes. Une situation que tu trouves injustes ? Boom, tu tues aussi. T'es pas normal, tu le sais. Le gamin qui te prend la main, t'emmène à l'écart pour faire un pique-nique. Tu regardes ce qu'il y avait dans la glacière. Tu tends un plat, une assiette et des couverts. Parce que servir d'autres personnes en premier et toi en dernier, c'est ce que tes mères t'ont appris. Ça avait l'air de le choquer, de le surprendre. Tu lui tends les couverts jusqu'à ce qu'ils les prennent. Tu demandes si c'était un rendez-vous avec un petit sourire. « Do you want this to be a date ? I want to say yes. » Ses joues qui étaient devenues rouges. Une réponse un peu timide.« Well yes, maybe. » Peut-être bien que tu voulais ouais. Après tout, c'est ton âme-soeur, t'as envie d'en savoir plus sur lui par autre chose que des visions. « I kinda have a girlfriend but … not really a girlfriend, more a best friend. » T'as un petit rire. Tu sais pas pourquoi t'as accepté la proposé de la gamine de Perséphone. T'as accepté comme ça. Peut-être que tu t'ennuyais, que tu voulais te montrer gentil pour une fois. Et que tu pouvais rien refuser à ce visage d'ange. Et puis, au final, tu l'aimais bien la gamine, mais pas à en être tombé amoureux. « That's complicated. She's gay and not out so I'm 'the boyfriend'. » T'as ce besoin de t'expliquer. T'as pas envie qu'il te prenne pour le mec que tu venais de tuer. T'étais pas de ceux qui pouvaient tromper facilement la personne avec qui tu sors. Du moins, c'est ce que tu penses. « Is that good ? » Une bouchée qui vient ta bouche. Un grand sourire qui se dessine sur ton visage. « Yeah, you're a great cooker. » C'était mieux que les repas que tu pouvais te préparer en tout cas. C'était un tout autre niveau. « I can't feel what you're feeling, I feel calm with you. » Ca semblait le soulager. Tu sais pas pourquoi, mais il avait l'air d'être mieux quand il était avec toi.« Oh ? Well maybe because I'm a high sociopath and don't have feelings ? » T'as un rire. Lui non. Peut-être que tu es allé trop loin. Peut-être que tu n'étais pas drôle aussi. Ta famille te le dit un peu trop souvent.« I'm kidding. Dark humour. Not funny at all for an angel. » Tu reprends une bouchée, tu évites son regard durant quelques secondes. Lorsque tu lèves le regard, tu vois qu'il a de la sauce près de la bouche. Tu t'approches de lui, essuie la sauce avec ton pouce. Ton visage qui se rapproche bien trop rapidement du sien. Tes lèvres qui se posent sur les siennes. Un baiser que tu lui voles. « Sorry, I've should ask you before that. » Tu t'éloignes. Ton regard qui fuit. Tu regrettes de l'avoir volé ce baiser, mais tu voulais goûter à ses lèvres, voir si elles avaient le même goût que son odeur. C'était le cas. Doux et sucré que tu aimerais goûter de nouveau.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
message posté :

Revenir en haut Aller en bas
 

Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Outils de modération
 
Sauter vers: