AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

the safest place is in your arms (mira)

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Mar 12 Fév - 9:51

Tu sais même pas pourquoi t'es encore là. T'es encore assis sur cette chaise en train d'écouter un prof qui ne t'intéresse pas, qui te perd plus qu'autre chose. Tu sais même pas pourquoi t'as choisi ses études. Tu sais même pas pourquoi tu as continué les études de biologies. Tu ne sais même pas comment tu as pu faire pour valider tes années. Au rattrapage. Au cours particulier qu'on pouvait te donner. Et peut-être parce que tu ne voulais pas décevoir tes parents, ta famille. Tu t'accrochais. T'essayais. Une journée sans rater un seul cours. C'était ce que tu voulais essayer de faire. Sauf que ta journée était beaucoup trop longue et ta nuit avait été beaucoup trop courte. Tu luttais contre le sommeil, mais à croire que tu n'avais pas été assez fort. Premier cours en amphi et première sieste. Presque deux heures de sommeil de rattrapé. Réveil particulier. T'étais seul dans l'amphi. Personne ne t'avait réveillé pour aller au prochain cours. Peut-être qu'eux-même savait que ça ne servirait à rien, qu'il fallait mieux te laisser dormir. C'est à ce moment-là que t'as compris que ta résolution de ne passer une journée de cours normal tombait à l'eau. Tu marches, tu erres dans les couloirs de la fac. Tu veux simplement trouver un endroit où te reposer. Un renfoncement dans le couloir. Tu t'installes, en boule comme un loup. Les yeux qui se ferment doucement et le sommeil qui s'empare à nouveau de toi. Les bruits de pas qui te réveillent. Changement de cours pour les étudiants plus sérieux. Tu grognes un peu. Faut t'y faire, ce n'est pas le moment pour rattraper le sommeil perdu. T'envoie un message. Mira. T'as envie de le voir, alors qu'il doit être encore au lycée. T'as pas une bonne influence sur lui. Tu vas trouver un moyen pour atténuer la colère de tes parents, mais surtout de sa sœur aînée. Tu lui demandes quand est-ce qu'il terminait les cours. Demande implicite de le voir immédiatement. Un sourire qui se dessine quand il te dit que ça dépendait quand est-ce qu'il serait libre. Il savait ce que tu allais répondre. T'étais libre dès maintenant. Une autre question, pourquoi t'avais autant envie de le voir alors que vous ne pouvez même pas vous toucher. Enfant du feu et enfant de la glace ensemble. Ce n'était pas commun. Enfin presque. Nayeli avait bien une âme sœur qui était à moitié poisson et ils arrivaient à être ensemble. Il fallait juste qu'ils évitent l'eau. Pour vous, c'était un peu plus compliqué. Dès que votre peau entre en contact un choc thermique qui se produit. Mais ce n'était rien. Juste une épreuve de plus pour prouver votre amour, votre lien. Il était dehors, il t'attendait déjà. T'as pris ton sac un peu trop rapidement pour pouvoir le rejoindre. Il était devant le lycée. Enfin dans votre endroit. Tu cours pour le rejoindre. Le sourire qui se dessine sur ton visage lorsque tu commences à sentir l'odeur. Tu cours encore plus vite. Il est de dos et tu le prends dans tes bras, fort. Tu fais attention à ne toucher que ses vêtements pour le moment. Tu respires son odeur. Tu te sens mieux. « Oh god, I missed you so much. » Ca faisait peut-être même pas une journée que vous étiez séparé, mais c'était la stricte vérité. Il fallait que tu sois près de lui absolument. « Cuddle day ? Or Road trip day ? » Le sourire en coin qui se dessine sur ton visage.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Mar 12 Fév - 16:10

Les cours, parfois c'était trop, t'avais l'impression de suffoquer dans un océan d'angoisse. Tu savais même pas ce que tu savais faire, c'était un truc un peu trop compliqué à comprendre, tu voulais pas examiner tes envies tout le temps pour trouver un métier qui pouvait te convenir, tu voulais pas de ça, t'avais pas envie de ça. Les cours où tu devais utiliser tes pouvoirs qui se transformaient en séance de torture parce que ça te bloquait, parce que tu voulais faire de mal à personne, parce que tes pouvoirs se déclenchaient toujours quand tu ne voulais pas. T'avais que dix-sept ans après tout ? T'avais paniquer, encore, le restaurant bondé de gens, de cris, de hurlement, un verre qui tombe sur la table et qui avait congeler quand elle avait toucher tes mains. T'aimais pas ce pouvoir, il te correspondait pas, à cause de lui tu pouvais à peine effleurer ton petit-ami sans qu'il ne souffre ou sans que toi tu souffres aussi. Des brûlures de froid et de feu, c'était comme ça entre vous. T'avais toujours des gants et une écharpe quand t'étais avec lui, t'étais un peu trop couvert, tout le temps, tu voulais pas lui faire mal. Le pull que t'avais qui lui appartenait son odeur un peu trop entêtante que tu pouvais respirer à l'infini, l'odeur d'épices, de soleil, de tendresse, toi t'avais l'odeur de l'hiver du froid, peut-être un peu d'agrumes aussi. Le froid et la chaleur, ça faisait rire tout le monde, que vous étiez un couple qui n'allait pas ensemble. Quel type de couple ne pouvait pas se toucher ? T'avais déjà entendu des suppositions, trop différents pour que vous puissiez être ensemble, deux opposés qui s'aimaient. Ça te donnait envie de pleurer, tu voulais éviter tout ça, tu voulais juste pouvoir le toucher, sentir sa chaleur sans qu'il ne te brûle, tu voulais juste le sentir contre toi tu voulais juste pouvoir l'embrasser rien qu'une fois. Un message et tu t'étais enfuie, directement, t'avais pris tes affaires et t'étais sorti, de toutes façons t'avais pas cours à cette heure là, la prochaine heure était avec Wolfgang, le cours d'autodéfense, les demi-dieux avec les loups, enfin, contre les loups, c'était peut-être intelligent, à force égale. Pour l'embrasser tu devais avoir un masque, c'était même pas considéré comme des vrais baisers, t'avais contourné un peu l'école, dans un coin où personne n'allait, qui n'était jamais visité, c'était votre endroit, les secrets échangés, les baisers presque échanger aussi. C'était jamais aller très loin, c'était stupide, t'étais incapable de sentir sa chaleur, t'étais incapable d'avoir une vraie relation avec lui, pas de câlins peau contre peau, tu pouvais à peine lui donner la main, t'avais aucune idée de la chaleur de sa peau ou de sa texture et ça te tuait. Tu penses, un peu, un peu trop aussi, tu le sens pas arrivé, tu l'entends pas arriver, tu sens juste des bras autour de toi, un rire qui sort de tes lèvres, il te sert, fort, pour s'assurer que t'es bien là, il fait toujours ça, il aime ça et tu le sais, il respire ton odeur, la tienne mélanger à la sienne. Un petit rire que t'as avant de te retourner, tes mains couvertes par des gants qui passent sur ses joues, un sourire qui perce sur ton visage. « Did you really ? » La tête qui se penche un peu sur le coté avec un sourire de défie, peut-être que c'est vous après tout ? Parfois tu te demandes si ça vaut le coup de se détruire juste parce que vous êtes obstiné, tu sais qu'il est imprégné de toi, tu sais qu'il t'aime réellement, sincèrement, tu le sais et tu le sens. « Cuddle day sounds really good to me ? Actually both sounds good to me. » Tu réfléchis un peu, tu caresses les cernes sous ses yeux aussi. « Maybe both ? » T'as envie de l'embrasser, ça te démange mais tu peux pas, pas sans le blesser, tes cheveux blancs qui bougent un peu avec le vent, un soupir qui passe tes lèvres. « Did you even slept ? » Un sourire que tu perds, tu veux juste qu'il se sente bien et t'as pas l'impression qu'il le soit. « Is something wrong ? With us ? Do you want us to stop ? » T'as toujours l'impression que c'est de ta faute s'il souffre.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Mer 13 Fév - 10:36

Tu voulais être un élève sérieux pour une fois. Tu le voulais vraiment. Mais dès que tu as mis les pieds dans l'amphithéâtre, t'as rapidement su que ce souhait allait être mis à mal. Une lutte d'une dizaine de minutes avant de succomber dans les bras de Morphée. Peut-être que le cours était intéressant, mais la voix de ton enseignant était pour toi un somnifère. Personne ne te disait rien. Alors que tu devais certainement déranger le cours, que tes notes n'étaient pas si exceptionnelles que ça. Mais t'es un Rivera, peut-être que ça te donne un privilège. Il t'a fallu moins d'une matinée pour proposer à Mira d'aller dans votre endroit secret. Tu t'y es rendu rapidement. Il était déjà là. Tu le prends dans tes bras, tu respires sont odeur. Il est ta drogue, tu ne peux pas te passer de lui. « Did you really ? » Un sourire joueur. Un sourire taquin. Tu ne peux t'empêcher d'avoir le même à ton tour. « Oh yes I did. » Est-ce qu'il t'a manqué ? Bien sûr que oui, il t'a manqué. Quand il n'est pas avec toi, il reste présent dans tes pensées, dans tes rêves. L'effet de l'imprégnation sans doute, mais c'est plus que vrai que tu ne peux pas être loin de lui sans avoir ce sentiment de manque. Ta main qui s'approche de son visage, qui n'est qu'à quelques millimètres de sa peau. Une caresse indirecte qui te fait mal. T'as envie de toucher sa peau, de l'embrasser, de découvrir chaque centimètre de sa peau. Sauf que tu ne peux pas te le permettre, tu risquerais de le blesser, tu risquerais de le brûler. Tu demandes le programme de la journée. Une journée de câlin ou alors d'aventure à découvrir des coins caché de la ville. « Cuddle day sounds really good to me ? Actually both sounds good to me. » T'as un petit rire. Les deux options qui le tentent. Toi aussi à vrai dire. Il te caresse le visage. Il peut se le permettre après tout, il avait mis des gants. Tu lui prends une des ses mains, la caresse à travers le tissus et y dépose un baiser.  « Maybe both ? » Un autre rire  qui s'échappe. Après tout, la journée est encore longue. Ce n'était pas deux options qui étaient incompatibles après tout.« First cuddle and then let's live an adventure with a roadtrip. » Tu as toujours sa main dans la tienne. T'as encore ce grand sourire sur ton visage. Tu oublies même ta fatigue. C'est toujours comme ça lorsque tu es avec lui. « Did you even slept ? » Le sourire de Mira qui s'efface un peu. Le tien aussi. Un peu. Ou du moins, il change. « Yes. » Sourire en coin. Sourire joueur. « In class. » Deux heures de sieste réparatrice. T'as pas dormi, parce qu'il n'était pas avec toi, parce que t'avais pas son odeur. Donc tu avais tourné en rond dans ton lit. T'avais commencé certaines recherches et puis le soleil s'est levé et le réveil à sonner. De toute façon, le sommeil ce n'est que pour les faibles. Nayeli disait ça. « Is something wrong ? With us ? Do you want us to stop ? » Tu lui prends sa main pour la poser sur ta poitrine, pour la poser sur ton cœur. Pour qu'il puisse sentir à quel point, il pouvait battre rapidement, un peu trop d'ailleurs, lorsqu'il est près de toi. « Nothing is wrong with us. » Il n'y avait rien de mal avec eux oui. Juste un coup hasardeux du destin. Peut-être une épreuve. Après tout, il était un demi-dieu. Peut-être que cette situation était une sorte de quête pour prouver sa valeur. C'était dans tes recherches en tout cas. Ça parlait d'une autre mythologie, mais peut-être que ça ne fonctionne pas avec celle de Mira. Il faudrait que tu ailles parler à sa mère pour en savoir plus. Sauf que t'as peur d'elle. Elle est jolie, mais t'as l'impression qu'elle va te congeler sur place juste parce que tu t'approches trop de son unique fils. « We just need to learn how our power can work together. » Tes lèvres qui s'étirent pour former un sourire sincère. « A song of ice and fire. » Un rire, alors que tu le prends contre toi. Une étreinte que tu peux te permettre grâce à la barrière de vos vêtements. « So for the roadtrip, where do we go ? Stay in the city ? Or see something else ? » T'as jamais vu l'extérieur de la ville. A part la forêt. Et quand tu pars de la ville, c'est avec ta famille pour aller au Mexique. Peut-être que t'as bien envie de découvrir de nouvelle chose.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Ven 15 Fév - 21:39


La glace et le feu, deux éléments qui s'entre-tuaient depuis la nuit des temps, deux choses qui n'étaient pas faites pour s'assembler, pour s'aimer. C'était la chose la plus douloureuse que t'avais vécu. Tu te souviens de son sourire quand il est venu la première fois te parler, te dire que t'avais des cours particuliers avec lui, qu'il allait être ton professeur particulier. Tu te souviens que tu t'en étais voulu que ta sœur et ta mère aient à payer pour tes études, pour que quelqu'un t'expliques des choses que tu savais déjà, t'aimais juste pas l'école, ça te donnait envie de vomir t'avais quinze ans il en avait dix-neuf, il était beau, grand et charmant. Tu te souviens des sourires un peu timide, tu te souviens quand il caressait ton dos et tapotait ton épaule pour te dire que t'avais réussi un exercice. Tu l'avais surpris aussi se mordant les lèvres et les joues en te regardant, comme si t'étais un objet de désir qu'il convoitait et, toi, tu te punissais mentalement parce que t'arrivais pas à remonter tes notes. L'angoisse qui habitait ton corps, ta voix qui tremblait quand tu t'adressais à lui. Tu te souviens des balades en voiture, des rires dans la voiture et de quand il te raccompagnait chez toi. Tu te souviens lui avoir demander de sortir avec lui, t'avais paniquer et il avait rit en disant que oui, il voulait bien. Tout avait déraper quand t'avais essayer de lui tenir la main, la brûlure qui avait laisser une cicatrice sur ta main, tu la sienne aussi, tu t'étais excusé, t'étais persuadé que c'était de ta faute, que t'étais un moins que rien qui contrôlait pas ses pouvoirs. T'avais été emmenée chez l'infirmière, sa tante, vos pouvoirs qui étaient pas compatible. Tu te souviens de lui avoir dit que c'était pas grave, que vous pouviez pas être ensemble et que de toutes façons il avait pas l'air de vouloir être ton petit-ami. Ouais, pour toi, c'était rien de plus qu'un crush et pourtant t'avais si mal, mal de ne pas pouvoir le toucher, t'as développer des techniques au fil des années, des gants, des écharpes, des pyjamas avec des manches longues quand tu dormait avec lui, lui il avait un pantalon pendant qu'il dormait, vos jambes qui ne se touchaient pas, ni vos visages, rien. Tout avait été prévu et pourtant ça avait pas été simple, rien de sexuel n'était permis, tu ne connaissais son corps que de vu, de loin, à travers des vêtements fins parfois. T'avais souvent les larmes aux yeux, tu voulais pouvoir être avec lui, tout le temps, à jamais et pourtant tu pouvais pas. Il allait se trouver quelqu'un d'autre, les loups qui ne peuvent pas mordre et être avec leurs âmes-sœurs finissaient par en avoir une autre, c'était comme ça, t'étais déjà préparé à l'éventualité qu'il ne t'aime plus, l'éventualité d'avoir le cœur brisé. Tu demandes, si quelque chose ne va pas entre vous deux, tu te demandes s'il a rencontré sa nouvelle âme-sœur, quelqu'un qu'il serait capable de toucher, d'embrasser. Une main sur son cœur, il pose ta main contre l'organe le plus important de son cœur et tu te sens rougir, il bat fort, son cœur, pour toi, et t'as vraiment les joues qui deviennent carmin en pensant à ça. T'as les larmes qui montent, t'as un couinement un peu trop profond, tu l'aimes si fort que ça t'en donne des frissons. Faut juste essayer de voir comment vos pouvoirs peuvent être compatible, comment ils peuvent se joindre ensemble. T'as un sourire, il te fait toujours rire, ta tête contre son torse, tu sens sa chaleur même à travers ses vêtements, rassurant, apaisant. « Outside the city. Somewhere we can train. » Un petit rire, t'aimerais tellement l'embrasser mais tu te retiens mais, tu poses ton gant en tissue sur ses lèvres et l'embrasse, un faux baiser, c'est déjà bien pour vous, t'as un sourire un peu niais quand tu remets ton gant. « Can we go where we can see the dusk ? » T'as juste envie d'un moment un peu romantique avec lui. « And we have to buy snacks if you didn't bring some. » Tu relâches l'étreinte et marche vers la voiture, ton pantalon qui moule tes fesses, tu fais exprès à chaque fois, tu veux que vous soyez un couple normal.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Sam 16 Fév - 12:23

Deux contraires. Deux opposés.  C'était ce que vous étiez, mais ça n'avait pas empêché l'imprégnation d'avoir eu lieu. Tout le monde avait été surpris. Ta tante pensait que c'était sans doute une erreur. Tu te souviens du grognement que tu avais eu lorsqu'elle avait osé émettre cette hypothèse. Peut-être qu'elle avait eu raison. Tu te l'avais déjà demandé au début, si ça n'avait pas été une erreur. Sauf que tes sentiments pour lui étaient bien trop fort. Lorsqu'il n'était pas là, sa présence te manquait terriblement. Son odeur était comme une drogue pour toi. Cette odeur de froid, comme s'il venait tout juste de neiger. Cette odeur d'agrumes, le citron qui ressortait plus comme les autres. Il était comme ces glaces au citron que tu adorais lorsque tu étais enfant. Lui aussi t'aimerais bien le croquer à pleine dent, mais tu ne pouvais sans risquer de le blesser ou te blesser.  Tu étais faible face  à lui.Tu ne te retenais pas de le prendre dans tes bras, de le serrer fort. Un geste que tu pouvais te permettre parce qu'il y avait vos vêtements, il y a cette barrière de protection. Une barrière que tu aimerais pouvoir arracher pour l'avoir contre toi, pour pouvoir l'admirer.  Tu as peut-être eu des doute au début, en pensant à une mauvaise blague, mais aujourd'hui tu es plus que certain qu'il est ta moitié. Il n'y a rien qui ne va pas avec vous.Vous étiez lié, vous étiez des âmes. Tu lui as pris sa main, l'a posé contre ton cœur pour lui montrer à quel point il pouvait battre rapidement lorsqu'il était près de toi. C'était vous deux et rien d'autres. « Outside the city. Somewhere we can train. » Il a ce petit rire qui te fait sourire à chaque fois. Un grand sourire. Un sourire qui se figeait lorsque tu avais senti le tissus de ses gants sur tes lèvres. Sourire en coin qui apparaissait. Les lèvres de Mira sur le tissus et indirectement sur les tiennes. Votre premier baiser. Indirecte certes, mais il était présent. « Outside it is so. » Ton étreinte qui se resserre doucement. T'es heureux quand tu voyais ce sourire niais, mais adorable, sur le visage de Mira. « Can we go where we can see the dusk ? » T'acquiesce légèrement la tête.Tu accepterais tout et n'importe quoi venant de sa part. « Yes of course we can. » Le sourire qui était affiché sur ton visage  disait que tu savais déjà où aller pour ça.  « And we have to buy snacks if you didn't bring some. » L'étreinte qui se termine. Il se détache de toi. Et immédiatement, tu ressens comme un vide. Tu n'as qu'une envie c'est de  le rattraper et de le coller contre toi pour qu'enfin tu puisse te sentir à nouveau entier. « So on the road,we'll buy it so. » Tu te lèves à ton tour, tu l'admires, tu admires chacune de ses formes. Tu te diriges vers la voiture, tu attends qu'il soit bien installé pour pouvoir démarrer. Avant de sortir de la ville, vous vous êtes arrêté à un seven eleven pour prendre les snacks. Salé, sucré, peu importe ça allait être votre repas de toute façon. La musique en fond sonore dans la voiture. Le chauffage qui avait été baissé pour que Mira puisse se sentir bien. Vous aviez roulé un petit moment. Mira somnolait. C'était adorable, t'avais pas envie de le réveiller. Et après presque une heure de route,vous étiez arrivé.Une plaine avec un immense lac. On aurait pu croire que c'était la mer. Vous alliez clairement voir le coucher du soleil. Mira dormait encore, tu lui avais ouvert la portière. Tu lui a tendu la main pour qu'il puisse sortir du véhicule. Tu l'amène près du lac,tu le prends contre toi. « So training ? » Un sourire en coin qui se dessine sur ton visage. « I wanna try something. » Tu t'éloignes un peu. Sa main toujours dans la tienne. Le gant qui s'enlève. Sa main était nue à présent. Tu t'approches ta main de la sienne.T'essaye de faire baisser la température de ton corps.Une température à peu près normal. T'approches doucement ta main de la sienne.Tu effleures, tu caresses. Un sourire qui apparaît sur ton visage. Pas de brûlure. Rien. Tout est normal.T'es heureux. Un peu trop. La chaleur qui reprend sa place dans ton cœur. Vos mains qui se séparent rapidement à cause de cette sensation de brûlure. « I'm sorry I thought it was working. » Le sourire qui s'efface doucement sur ton visage. T'es déçu,tu voulais vraiment que ça fonctionne. Ce qui était le cas, pendant quelques secondes, parce que tu avais le contrôle.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Lun 18 Fév - 19:31


Une épreuve, tu savais que c'était une épreuve pour voir si votre amour était aussi fort pour remonter la douleur et la souffrance, si c'était assez fort pour supporter plus que ça, de la douleur, des pertes, des traumatismes. C'était comme ça chez les Dieux, des tragédies qui arrivaient sans qu'on en ait le contrôle. T'avais l'impression que vous étiez tous une grande famille. Ta mère, Bertha dans la mythologie nordique, Chioné chez les grecques, déesse de l'hiver, du froid, de la neige, de la glace, voyante, Reine des divinations et des prophéties, gardienne des âmes d'enfant dans les mythologies germanique et nordique. C'était si compliqué, complexe, ça donnait mal au crâne quand on y passait un peu de temps, les lignes du destin qui s'entre-mêlaient pour former une cascade d'informations. T'es pas assez vieux pour avoir d'autres pouvoirs que ceux que t'as déjà, apparemment tu devrais avoir des dons de divinations, plus tard, ou bien une de tes sœurs en aura un, tu sais pas vraiment, tout est aléatoire. Le froid qui faisait parti de toi, comme une extension de tes humeurs et de tes sensations. Ta peau glaciale à ce qu'il paraissait. Parfois tu voulais juste être normal, ne pas avoir ces pouvoirs, mais peut-être qu'Hélios ne t'aimerais pas sans, il était tombé amoureux du gosse qui congelait absolument tout quand il était triste, en colère, peut-être qu'il fallait juste du contrôle, un contrôle que t'avais pas forcément. Toi, t'étais le gosse à la peau plus que blanche avec des cheveux blancs et un air trop sage, le gamin qui fermait les yeux sur la douleur, la peur, qui laissait son cœur sous des cristaux de glace, sous une épaisse couche de givre. T'étais celui qui avait eut la chance d'être aimé par un prince, la peau embrassée par le soleil, tu sentais le feu qui battait en son sein lorsqu'il souriait et lorsqu'il riait, tu savais les lignes de son visage, tu ne pouvais toucher mais tu pouvais admiré, et il y avait tant de choses à admirer chez lui, des idées un peu trop spontanée, des réactions impulsives, la façon dont son corps se tendait et se détendait en fonction des situations, en fonction de ce qu'il pensait aussi, les grognements qu'il avait quand sa vue n'était pas assez bonne pour décrypté quelque chose d'écrit, l'air qu'il avait avec ses lunettes et la démarche qu'il prenait quand vous vous teniez la main en ville. T'aimais le regard qu'il avait quand il s'entraînait, la chaleur qui émanait de ses mains, de lui tout entier. T'aimais la tendresse qu'il dégageait quand t'étais avec lui, quand il te disait des mots au creux de l'oreille pour te détendre, pour te faire sourire, des blagues, des idées, des aventures par milliers. T'aimais sentir son parfum contre toi, la chaleur, le pouvoir, il sentait tout ce qu'il était, il t'évoquait des soirées autour d'un feu de bois. T'avais évoqué l'idée de trouver un endroit pour voir le coucher de soleil et il avait accepté, tu te souviens pas de la dernière fois où il avait refuser d'être avec toi ou de faire quelque chose avec toi, probablement jamais, en deux ans de relations tu ne te souviens pas qu'il ait déjà dit non à une sortie avec toi. Tu t'étais reculer un peu, aller dans la voiture aussi, ton regard qui était sur lui, tu le couvais presque du regard. Le seven eleven, les sandwichs, les snacks, un peu tout ce que vous vouliez et c'était parti, la voiture qui t'endormais tu savais pas combien de temps,ça allait mettre, t'avais pas vraiment compter les minutes tu t'en foutais un peu. Le chauffage qui était baissé pour que ça ne te dérange pas, t'avais commencé à t'assoupir après quelques minutes seulement, c'était son odeur, sa chaleur, tout en même temps qui te berçait. La portière qui s'était ouverte, la main qui t'était tendue que t'avais attrapée sans vraiment avoir prit le temps d'y réfléchir, tu sentais pas sa peau, les gants encore sur tes paumes et tes doigts, t'es blotti, contre lui comme si rien n'était important, le lac et ses reflets, la glace qui n'avait pas encore prit ses droits sur ce lieu, la neige qui craquait sous vos pieds, Tempérance aurait adoré cet endroit, c'était le type d'endroit où elle aimait s'entraîner et, peut-être que toi aussi. Il a ce sourire en coin que t'adores un peu trop. « Yes, training. » T’acquiesce juste, parce que c'est ce que vous alliez faire après tout, enfin, ce que vous alliez essayer de faire. Le gant qui glisse de tes mains quand il s'éloigne, t'as un couinement un peu inquiet. « Are you sure ? » Tu fronces un peu les sourcils, t'as peur, de la souffrance, de le faire souffrir lui surtout. Sa main qui s'approche un peu de la tienne, toi tu touches à rien, tu laisses tes pouvoirs glissés dans ton corps, t'interromps rien. Il touche, effleure d'abord pour s'assurer que ça marche bien, t'as un air confus sur le visage, un sourire aussi qui fleurit doucement et tes joues prennent une teinte un peu trop rouge. La chaleur qui revient d'un coup, parce qu'il est heureux, qu'il ne contrôle pas ses émotions, la brûlure que tu sens arrivé et ta main qui lâche la sienne, la sienne qui lâche la tienne. Il pensait que ça marchait, et ça marchait. « It did work. Let me try. » T'essaie de te concentrer, arrêter le flux de pouvoir, le garder bien précieusement en toi, tes cheveux qui deviennent subitement marron, ta peau qui devient un peu plus beige, le rouge qui te monte aux joues. Tes mains qui attrapent les siennes, un air déterminé que t'as sur le visage quand tes mains passent dans sa nuque, sur sa joue, tu le retiens le pouvoir, en toi, comme s'il était caché comme s'il avait besoin de l'être. Tu te hausses, la pointe des pieds, tes lèvres qui se rapprochent des siennes, un baiser, le premier, t'espérais pas le dernier, il était brûlant, il était tout ce que t'avais rêver d'être, d'avoir, il était un rêve et tu l'aimais si fort, pourtant ça allait débordé, un jour, tu le savais, le baiser passionner qui se termine, tu le lâches. « Wait. A second. » Tu savais que ça allait être dur, pas autant, t'as un mouvement vers le lac, la glace qui commence à l'envahir, un peu plus, toujours un peu plus, l'étendu qui congèle à une vitesse impossible, tes cheveux qui reprennent leur teinte blanche, faudrait que tu saches comme répartir ton pouvoir, comment ne pas le blesser, comment le faire terre, l'amoindrir sans le faire taire. « Gonna take a while for us to do more than kissing. » T'as un rire, léger, t'espère que t'es assez rassurant.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Jeu 21 Fév - 10:56

Une journée rien que vous deux. C'est ce genre de moment que tu aimes le plus. Tu aimes chaque moment passé avec lui, il est vrai. Même dans la maison où tout le monde était autour de vous. Mais dans ces moments-là, tu ne faisais quasiment qu'attention à lui. Mira, c'est le centre de ton univers. Il te dit qu'il veut aller dans un endroit où vous pourriez voir le coucher de soleil et t'accepte immédiatement. Tu ne peux rien lui refuser à cette ange des glaces. Tu lui as attrapé sa main. Une sensation de froid qui traverse tout ton corps. Aujourd'hui, ça ne te fait plus rien, mais au début c'était tout le contraire. Un choc beaucoup trop important. Une réaction un peu trop violente entre vos deux corps. Des marques de brûlures qui apparaissaient sur vos bras, sur le cou. Des brûlures qui n'apparaissent pas immédiatement, seulement quelques jours après le contact. C'est à ce moment-là que vous aviez compris que des contacts seraient difficiles, voir impossible. Sans doute que ça aurait dérangé certaines personnes, mais ce n'était pas ton cas. Tu passeras au-dessus de ça. Le fait que l'enfant des glaces soit ton âme est sans doute ironique pour votre entourage. La glace et le feu ensemble, jamais ça ne marcherait. Pourtant, tu te sens complet lorsque tu es avec lui. C'était juste une épreuve. Des techniques, vous en avez mis au point pour avoir quelques contacts avec Mira. Au travers les vêtements, le tissus, en était une.Tu lui prends la main, la serre doucement avant de l'entraîner vers la voiture, de le conduire jusqu'au seven eleven. Des petites courses pour le reste de la journée. Tu fais l'idiot dans le magasin, ça le fait rire. Toi aussi. Puis retour dans la voiture. Un autre trajet. Un peu plus longtemps celui. Il s'endort. Tu le regardes de temps en temps. Des sourires qui apparaissent sur ton visage. Et après presque une heure de route, vous étiez arrivé. Un endroit qui aurait pu sortir tout droit d'un film. Un lac, une forêt sous la neige. Il est heureux d'être ici. Après tout, il était dans son élément. Un sourire en coin quand tu lui demandes pour l'entraînement. T'as peut être une idée sur une chose que tu voudrais t'entraîner, mais peut-être que Mira ne voulait pas le commencer tout de suite, qu'il voulait encore admirer la beauté de ce paysage. « Yes, training. » Ton sourire qui s'agrandit. Tu lui prends une main, enlève le tissu qui protège sa peau. De toute façon, ce n'était pas contre le froid qu'il portait ça, tu le sais bien. « Are you sure ? » Il est inquiet, tu le sens. Tu le regardes toujours avec un sourire qui est doux pour le rassurer. Oui, t'en étais plus que certain même. Tu voulais vraiment essayer. Le toucher sans barrière de tissu serait un bon début. Une grande inspiration. T'essaye de canaliser la chaleur qui est en toi. Ta main qui s'approche petit à petit jusqu'à toucher cette peau que tu désirais depuis presque deux ans. Tu es heureux. Peut-être un peu trop. C'est sans doute pour ça que la sensation de brûlure qui revient. Tu t'excuses parce que ça n'avait pas autant fonctionné que tu l'aurais imagé. Tu t'excuses tu pensais que ça allait durer plus longtemps que ça. Tu t'excuses parce que tu l'as blessé une nouvelle fois. « It did work. Let me try. » Tu le regardes. Tu le vois se changer. Sa peau qui est moins blanche. Tu vois le rouge sur ses joues. Ses cheveux qui changent de couleur aussi. Un brun magnifique. Tes mains qui caressent doucement une mèche. Tu sors de tes pensées quand il attrape tes mains. Aucune sensation de brûler. Tu souris. Un immense sourire. Et tout se passe trop vite. Ses mains qui s'accroche à ta nuque. Un baiser. Rapide. Intense. Tu prolonges autant que tu peux. Votre premier baiser. Tu souris à cette pensée. Tes mains qui agrippent ses hanches, qui les serrent un peu. Tu sens sa peau. Une sensation plus qu'agréable. Le baiser qui se termine aussi rapidement qu'il avait commencé. Tu reprends ta respiration. « Wait. A second. » T'as un grand sourire, t'es un peu trop heureux. Tu le regardes toujours avec ce grand sourire. Sa peau, ses cheveux qui redeviennent blanc. Le lac qui devient de la glace. « Gonna take a while for us to do more than kissing. » T'as un petit rire. Le baiser, c'était déjà une grande amélioration pour vous. Tu te rapproches de lui, le prend par les hanches en faisant attention à ne pas le toucher directement. « Well kissing is really fine. The kiss was really really awesome. » Sourire en coin qui se dessine sur ton visage. « I really like this training. » Un autre rire. C'est sûr que c'était autre chose que les entraînements de l'école. Tes lèvres qui se rapprochent des siennes. Tes émotions que tu essaies de contrôler. Un baiser plus doux que les précédent. Au moins, tu as réussi à contrôler tes pouvoirs pour l'embrasser.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Ven 22 Fév - 18:47


Contrôler un pouvoir c'était dur, douloureux, contrôler un pouvoir qu'on avait depuis tout petit, qu'on ressentait dans son sang, dans ses nerfs et sous sa peau, c'était dur. C'est pour ça que t'avais pas tenu, tu le sais, t'as essayer de garder tous tes pouvoirs en toi, en leur centre, c'était normal que tu exploses, que ton corps ne supporte pas, il fallait que tu ralentisses le rythme, juste ralentir le flux, c'était la solution, tu le sentais, l'épreuve qui allait être réussi. C'était un sentiment incroyable de savoir que c'était fini, que t'allait pouvoir le toucher. C'était comme si on t'avais offert un cadeau de noël un peu en retard, comme si t'étais un gosse un peu trop gâté par la vie. Tu voulais rester toujours à découvrir sa peau et ses lèvres. T'as un sourire un peu trop grand quand il te dit que le baiser était bien, c'était le premier, tu pouvais toucher personne de toutes façons à part tes sœurs et ta mère, t'étais ce gosse qui risquait de mettre en hypothermie les gens qu'il touchait, de blesser son copain au moindre effleurement. Tu refusais, ça faisait mal, tu voulais savoir contrôler ça, être un peu plus normal, ne plus être une sorte d'ange de la mort. T'avais congeler le lac, d'un geste, parce que tes pouvoirs avaient été concentré trop longtemps, parce que c'était dur de tout contenir, juste ralentir, il fallait juste que tu ralentisses un peu. Un sourire sur tes lèvres. « Yeah, it sure was. » Un rire aussi, c'était un baiser, le premier, il avait été parfait t'avais adoré le sentir, avoir son odeur encore plus, pouvoir ressentir sa chaleur. Un rire, il aime cet entraînement, t'as un sourire et tu te redresses, ta tête un peu baissée, et il attend pas, un autre baiser, moins chaud, t'as même pas eut le temps de te concentré. T'as un rire. « Soft. » Ta main qui a caresser sa joue pendant le baiser. « Just. I think we have to slow the power flow ? Like put it in a slow mode. » Un rire qui perce un peu trop. Une respiration un peu plus profonde et tes cheveux qui se teinte d'un brun chocolat, toujours le même, quelques mèches blanches qui restent, ta peau qui reprend un peu de la vie, moins que tout à l'heure mais tes joues devenaient rouge à cause du froid, tes lèvres d'un rose un peu plus chaud, un rire un peu plus franc aussi. Eirlys t'avais donner des bagues, pour contrôler vos flux de pouvoir, mais t'avais voulu voir si vous en étiez capable avant et la réponse était oui, vous en étiez capable, tes mains qui glissent sur sa joue doucement, la couleur chaude qu'il avait, bercé par le soleil, t'avais envie de lui donner tout l'amour du monde et il le méritait. Un baiser, rapide, encore, un sourire que t'avais. « So. Your aunt gave me these to help. » Un petit sourire gêner, vous auriez pu vous toucher beaucoup plus tôt mais t'aurais pas réussi ton épreuve si ça avait été le cas. La bague que tu mets à son doigt, celle que tu mets au tiens, c'était comme s'il avait un morceau de glace et toi une pierre de feu, ton sourire un peu trop grand. « I'm sorry, about these, I just knew that it wouldn't be accepted if that did not came for us. » Une moue un peu triste sur ton visage, tu voulais pas qu'il te déteste, ou qu'il soit en colère contre toi. « She told me that it was just helping anyway, it just helps us control our power. » Ta main contre sa joue, t'étais comme ça maintenant, un peu plus normal, plus personne ne te dévisagerait dans la rue, juste quelques mèches blanches qui se battaient dans ta chevelure brune, tu ressemblais à ton père, tu le savais, un ingénieur de talent qui avait disparu quand t'étais encore qu'un enfant, sans doute une quête que les Dieux lui avaient confiés.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité
message posté :
Sam 23 Fév - 19:02

Un baiser. Le premier. Tu ne l'oublieras jamais celui-là. C'était sans doute un baiser trop court, mais pour toi, il avait duré une éternité, dans le bon sens du terme. Un baiser après deux ans de relation, c'est sans doute le plus beau des cadeaux qu'il avait pu te faire. Une solution qui a été enfin trouvé pour que vous puissiez vous toucher. Pour toi, c'était de contrôler tes émotions. Faire en sorte que tout ne va pas à cent à l'heure dans ton corps. Des émotions que tu dois contrôler, c'est difficile. Surtout lorsque tu es heureux avec lui. C'est pour ça que ton premier essai n'a pas duré très longtemps. Un premier baiser qui était génial. Tu lui as dit. Avec un grand sourire. « Yeah, it sure was. » Un rire qui s'échappe de sa bouche. Douce mélodie qui résonne dans tes oreilles. Sans doute que tu es un peu trop heureux de voir que finalement, vous avez trouvé une solution pour vous toucher, pour vous embrasser, que tu recommences. Tu te concentres. Tes mains sur ses joues. Tes lèvres qui se posent doucement sur les siennes pour un baiser. Ce n'était pas le même que le précédent, mais il était aussi bien. Tu as un peu sentir la douceur de sa peau, sa chaleur aussi. « Soft. » Tu souris. T'es vraiment trop heureux.« Just. I think we have to slow the power flow ? Like put it in a slow mode. » Tu acquiesces légèrement la tête. Quand tu te concentrais, tu avais l'impression que tout ce qu'il y avait en toi, s'arrête, que cette énergie s'était figé durant les quelques secondes. « Yes but we need to find a solution for the after. » Un regard vers le lac complètement gelé, alors qu'avant le baiser on pouvait voir quelques mouvements de l'eau. « I mean … You iced an entiere lake just for a kiss. » Un rire. Tu n'imaginais pas ce qu'il serait capable de faire s'il se retenait plus longtemps que votre baiser. Tes yeux qui se posent de nouveau sur lui. Tes lèvres qui s'étirent quand tu vois ses cheveux changer de couleur. Brun de nouveau. Moins profond et surtout il restait quelques mèches blanches. Sa peau qui est moins blanche. Ses joues qui deviennent rouges à cause du froid. Il est adorable. Tu le prends rapidement en photo avec ton téléphone, tu avais envie d'immortaliser ce moment. Sa main qui se pose sur ta joue. Tu la prends, tu la serres doucement pendant qu'il dépose un autre baiser sur tes lèvres. Baiser que tu prolonges bien trop rapidement aussi. « So. Your aunt gave me these to help. » Deux bagues. Une avec une pierre bleue et une avec une pierre rouge. Tu fronces un peu les sourcils. Eirlys qui avait dit qu'il serait impossible pour vous de vous toucher avait finalement trouvé une solution pour que ça soit le cas. Tu t'es senti trahi durant un cours moment, jusqu'à ce que Mira reprennent la parole. « I'm sorry, about these, I just knew that it wouldn't be accepted if that did not came for us. » Un sourire qui apparaît sur ton visage. Il fallait qu'il trouve seul la solution pour sa quête. Tu prends la bague, la mets à ton doigt, toujours avec un sourire. Tu touches sa joue. Plus de brûlure. Plus de risque. Tu le rapproches de toi. Tu enfouis ta tête dans son cou, tu respires son odeur. Tes lèvres qui déposent des petits baisers sur sa peau, qui remontent jusqu'à sa bouche pour pouvoir l'embrasser correctement, plus longtemps, avec plus de passion. T'as un petit rire. T'es fier de toi. « She told me that it was just helping anyway, it just helps us control our power. » Un sourire toujours présent. Ta main dans la sienne.Tu ressens sa chaleur. Tu touches sa peau. T'es le plus heureux à cet instant. « I love you. » Une déclaration. Un autre baiser. Il était tout pour toi. Il n'y aurait plus de barrière entre vous à présent.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
message posté :

Revenir en haut Aller en bas
 

Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Outils de modération
 
Sauter vers: