AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Lun 11 Fév - 14:44

L'Angoisse de perdre un patient, l'angoisse d'une manipulation qui foire, la peur de sentir une situation particulière t'échapper, la peur de ne pas être un bon médecin. Ça te faisait flipper un peu trop, de foiré, après l’extinction de la race humaine le nombre de médecin à considérablement baisser, les techniques de soins ont évolués, la magie qui devient presque la base de la médecine, les plantes, les sorts, c'était technique, c'était compliqué, se tromper c'était interdit. Pas de traitement de faveur pour les petits nouveaux, c'est pas ton nom de famille qu'on retient quand on parle des héros de la grande guerre, les Rivera comme famille souveraine, comme si ça existait encore les rois à votre époque. Les engueulades, la pression, t'avais du mal, les hurlements des patients, des blessures de combats, des accidents aussi, des soucis du quotidien, un homme qui te hurle dessus en te disant que t'étais un incapable, que sa femme allait accouché et que tu faisais rien, c'était de ta faute maintenant s'ils étaient pas capable d'aller à la maternité ? C'était de ta faute s'ils étaient aux urgences normale et pas obstétrique, t'avais eut beau le dire, le répété, ils avaient pas écouter. Tu sais même pas pourquoi t'es en médecine, parfois tu te dis que c'est parce que t'es maso', que t'aime souffrir et te faire traiter comme une merde. Peut-être qu'aider et sauver les gens c'est pas pour toi au fond ? Ta mère elle aime ça, c'est même son métier, mais toi ? Tu sais pas, t'as fait médecine parce qu'un jour ce crétin d'Arren est tombé d'un arbre et qu'il s'est ouvert la jambe et fracturé le bras et que t'es intervenu en paniquant. Plus le temps place et plus tu te dit que t'as pas fait ça par instinct juste parce que t'aime aider les gens mais plus parce que tu l'aimes lui et que ça te paniquait qu'il souffre. T'avais fini, terminé, une entaille sur le bras parce qu'un patient avait péter un câble sur toi, si Isaac n'avait pas prit sa journée peut-être qu'elle se serait mieux déroulée mais t'étais pas assez payer pour te faire insulter pendant plus de quatre heures d'affiler. Les sms que t'envoies quand t'es dans les vestiaires, t'as envie de te détendre, d'un massage, de le sentir contre toi, en toi aussi, t'as envie de sentir son odeur et pas celle de l'hôpital, t'as envie de te perdre dans ses baisers et dans sa voix, t'as l'angoisse qu'il refuse, t'es pas sympa après tout ? Tu te souviens pas pourquoi t'as arrêter d'être doux avec lui, peut-être que tu voulais juste pas avoir l'air d'être un gars trop facile, comme s'il avait déjà gagner ton cœur ? Un signe à tes collègues et t'es dehors la tête dans les étoiles, t'as les larmes qui coulent, trop de pression, beaucoup trop, ta voiture que tu laisses un peu plus profond dans la forêt, la maison qui se dessine, plus t'avances, les deux maisons en fait, la tienne et celle d'Arren, ton petit copain. Tu sais pas, tu te considères plus célibataire qu'en couple, peut-être parce que t'as besoin qu'il soit plus possessif avec toi ? Tu rentres, t'as même pas besoin de t'annoncé la maison reconnaît les gens et un sort empêche les inconnus d'entrée, donc tu montes et pousses la porte de la chambre d'Arren, ton sac qui tombe sur le parquet, le couinement qui sort de tes lèvres alors que tu t'écroules sur le lit, t'as mal, ton dos et ton égo qui souffrent tout autant l'un que l'autre. « Why when Isaac is not here the hospital is like the worst place in the wolrd ? » Tu tournes doucement la tête vers lui, ta main qui attrape la sienne doucement « You didnt had classes today ? » T'as un mouvement, tu te redresses un peu, appuie un peu au hasard sur la télécommande de la télévision déjà lancée sur Netflix. Ton haut qui s'enlève un peu trop rapidement alors que tu te mets sur les genoux d'Arren. Tes lèvres dans son cou, tu veux juste le sentir contre toi maintenant.



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Arren Rivera
the lover
sweet but psycho {arren & cassie) Tumblr_p0tgqk2Kv21w6n4tao8_250

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 7

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : gavin leatherwood

crédits crédits : psychotic bitch


occupation occupation : student, magical arts, hoping to be a teacher

“Love is not about how many days, weeks or months you’ve been together, it’s all about how much you love each other every day.”


sweet but psycho {arren & cassie) Iz9kdN7

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Mar 12 Fév - 15:32

Quelque chose n'allait pas, tu le sentais. T'avais été stressé toute la journée. Le stress qui ne venait pas de toi. Cassie. C'était ce que tu pouvais ressentir lorsqu'il passait une journée à l'hôpital. Une journée où il était seul. Une hypothèse qui venait de se confirmer lorsque tu as entendu Nayeli partir pour rejoindre Isaac chez lui. Il ne t'a pas fallu longtemps avant de prendre ton téléphone et de lui proposer une soirée film, câlin et snack. D'habitude, tu lui aurais commencé un jeu du chat et de la souris. Tu le cherches, lui aussi. Mais là, ce n'était pas le moment. Une soirée tranquille, rien que vous deux, à manger et un mauvais film que vous pouviez critiquer sans arrêt. Il était d'accord, il avait besoin de ça. De câlins, voir plus. Un sourire qui se dessine sur ton visage. Tu descends les escaliers beaucoup trop rapidement, prends tout ce que tu peux trouver dans les placards pour les amener dans ta chambre. T'as envie que tout soit prêt quand il arrive, que tout soit parfait. T'es ce genre de personne avec Cassie. T'es beaucoup trop amoureux. La porte de ta chambre qui s'ouvre. T'as même pas besoin de lever la tête pour regarder qui vient d'arriver. Tu reconnais à l'odeur. Tes lèvres qui s'étirent alors que son sac s'écrase sur le sol. Tes mains qui commencent à passer dans sa chevelure blonde quand il vient s'échouer sur le lit. T'es faible, tu ne peux pas résister à ses couinements. Caresses le long de ses mèches bouclées pour essayer de faire en sorte qu'il commence à se sentir mieux. « Why when Isaac is not here the hospital is like the worst place in the wolrd ? » Sa main qui attrape la tienne. Tu la serres un peu, comme pour lui dire que tu étais là pour lui, qu'il était en sécurité. « Because most of the doctor are mean. Except Eirlys, Isaac. » Un léger sourire qui se dessine sur ton visage. Tu sais pas pourquoi tu n'aimes pas les médecins comme ça. Peut-être un traumatisme de ton enfance ou alors le fait de voir leur regard trop condescendant. « And you. » Sourire qui ne faisait que s'agrandir. Parce que tu l'avais déjà vu à l'hôpital. T'avais vu comment il se comportait, t'avais vu comment il voulait bien faire, que tout ce qui lui importait c'était de sauver des vies, de voir les sourires des patients quand il leur annonce que tu vas bien à présent. C'est le genre de médecin à qui tu as confiance immédiatement. Et puis, tu l'apprécies peut-être un peu trop lorsqu'il porte sa blouse. « You didnt had classes today ? » Tu secoues la tête. Une journée de libre, ça faisait du bien. « Nope, I was totally free. » Il bouge un peu, met quelque chose sur Netflix, mais c'est pas le plus important. Il vient s'installer sur toi, sur tes genoux. Tes bras bougent, viennent se l'enlacer, resserrer fort votre étreinte. Ses lèvres sur ton cou, tu peux sentir son souffle chaud sur ta peau. Tu restes comme ça pendant quelques secondes. Tes mains qui se baladent sur son dos nu. Tes lèvres qui viennent se poser sur le sommet de son crâne, puis son front. Tes mains qui prennent son visage, caresses doucement ses joues. « Open your mouth. » Un sourire sur ton visage. Une main qui va vers un bol, qui prend quelques snacks pour pouvoir les mettre dans sa bouche. « Eat some cheetos. » T'as toujours ce sourire, sans doute un peu trop niais. T'arrives pas à le décrocher de ton visage lorsqu'il est près de toi. « You feel better ? » Tes mains qui continuent de caresser ses joues. « Wanna a hot bath ? » T'avais envie de rajouter un ensemble, mais t'as pas envie de le brusquer. Tu veux juste qu'il se sente bien. Alors, de nouveau tu le serres contre toi pour qu'il puisse sentir ta chaleur, ton odeur. Et puis, l'avoir contre toi, ça te faisait du bien aussi. Tu pourrais rester comme ça durant des heures.


Walking out of time Looking for a better place Something's on my mind Always in my head space
Revenir en haut Aller en bas

Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Mar 12 Fév - 17:08

L'hôpital c'est anxiogène autant pour les soignants que pour les patients. T'aimes pas cette ambiance pesante, surtout quand t'es seul. T'as tendance à caresser la morsure que t'as dans le cou, celle qui te rappel que tu lui appartient, que tout ira bien tant qu'il est avec toi, celle qui te rappel l'amour inconditionnel qu'il te porte. Ça te fait peur, t'as pas envie de te considérer comme son petit copain pour l'instant, peut-être parce que l'engagement c'est un peu trop pour toi un peu trop rapide, tu sais pas vraiment si c'est de l'amour que tu ressens pour lui ? Sans doute que si, parce que t'aimes être dans ses bras, que t'aime son odeur, sa voix, les tatouages qu'il arbore comme des fiertés, t'aimes à peu près tout chez lui, ce qu'il fait pour toi, les jeux qu'il instaure entre vous, les étreintes, la sensation de l'avoir en toi, quand il s'assure que tu vas bien, que t'es détendu, que t'aimes, que t'es d'accord. T'aimes entendre sa voix quand il chante, t'aimes quand il te caresse les cheveux, quand il prend soin de toi quand il sent que ça va pas. T'aimes sentir ses lèvres contre ta morsure, t'aime sentir l'amour qu'il a pour toi, t'aime voir ses yeux se plissés un peu avant la jouissance mais jamais se fermer parce qu'il veut te voir, t'aimes sentir ses mains dans ton dos, qui glissent sur tes hanches quand il est en toi parce qu'il veut contrôler la vitesse et t'aider, t'aimes quand il a ce sourire en coin quand tu gémis parce que pour lui c'est la plus belle mélodie au monde. T'aimes tout de lui. Un couinement, un soupir, il avait pas eut court aujourd'hui, alors tu ronronnes, enlève ton haut et se pose sur ses genoux, pose tes lèvres dans son cou, respire son odeur, partage ta frustration avec lui, échange vos énergies, la chaleur qui prend possession de toi comme une caresse réconfortante. Ses bras autour de toi, la chaleur qui se propage encore plus, une étreinte, forte, une étreinte d'amour inconditionnel t'as les larmes qui coulent légèrement, tu laisses la frustration de la journée partir dans ses caresses, dans les mouvements qu'il fait dans ton dos pour t'apaiser. Des baisers sur le haut de ton crâne, sur ton front, t'empêches pas le ronronnement de sortir de ta bouche, ta tête dans son cou, son odeur qui empli tes poumons, t'as des soupirs un peu trop fort, t'aimes le sentir, tu te sens aimer, plus que tout au monde. T'avais pas répondu, au fait que tu sois un des gentils docteur qu'il connaisse, ça revient dans ta tête. « I'm not nice, I'm a powerful and vile demon. » Tu dis ça en ronronner dans son cou. Les mains qui viennent sur tes joues, redressent ton visage les pouces qui font des ronds sur tes joues, t'as les yeux fermés, comme si t'étais tomber dans un coma de plaisir, c'est pas le cas, tu rechargeais juste tes batteries. Un ordre, un peu précipité, t'as un sourire en coin, ouvrir ta bouche, mais t'obéis, bien volontiers même, un couinement qui sort de tes lèvres quand il te dit de manger les cheetos, un petit rire lorsque tu croques, t'avale, doucement, ça faisait plus de dix heures que t'avais pas manger, t'en avais besoin, clairement. Ses mains qui continu de caresser ton visage, t'as un petit sourire, il te demande si ça va mieux, t'as un sourire. « Now that I can eat and that you are here, yup. » Il propose, un bain chaud, t'as pas envie, pas maintenant, tu t'étais laver à l'hôpital, alors tu secoues la tête, t'as un soupir d'aise quand il te reprend contre lui, ça va mieux, beaucoup mieux, les larmes qui coulent encore un peu, les sanglots qui sortent légèrement, mais il sait, il sait pourquoi ça va pas, pourquoi t'as les larmes qui coulent comme ça et aussi facilement. « I love you. » C'est pas la première fois que tu lui dis, parce que c'est vrai, que tu l'aimes, que t'as jamais aimer quelqu'un autant que ça. Vos jeux qui cachent un amour un peu trop fort qui vous dépasse tous les deux. « It was horrible. I thought he was gonna hit me in the face. » Tu te blottis, encore plus, ton torse contre le sien, tu voulais juste oublier, qu'il te touche, te fasse te sentir bien, tu voulais qu'il t'aime encore plus. « I was a bitch this afternoon I'm so sorry. » Tu bossais depuis cinq heure du mat, t'avais pas eut de pauses pour manger, t'avais juste envie de t'écrouler, et c'est ce que tu faisais dans ses bras.



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Arren Rivera
the lover
sweet but psycho {arren & cassie) Tumblr_p0tgqk2Kv21w6n4tao8_250

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 7

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : gavin leatherwood

crédits crédits : psychotic bitch


occupation occupation : student, magical arts, hoping to be a teacher

“Love is not about how many days, weeks or months you’ve been together, it’s all about how much you love each other every day.”


sweet but psycho {arren & cassie) Iz9kdN7

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Mar 12 Fév - 23:15

Il était fatigué. Physiquement, mais aussi mentalement. Tu sais comment il est après ce genre de journée. T'en as payé les frais au début. Toi qui essayait d'être un peu joueur, d'essayer de le taquiner un peu et il t'avait envoyé balader comme il le fallait. Pendant plusieurs jours, il ne t'avait pas adressé la parole. Ce jour-là, tu as bien compris qu'il fallait que tu arrêtes de te comporter comme un idiot et que tu prennes soin de lui. Il est dans tes bras, des baisers un peu partout sur son crâne, sur son visage. Tes lèvres qui continuent de s'agrandir lorsque tu l'entends ronronner, lorsque tu sens qu'il respire ton odeur. Tes bras qui se resserrent autours de lui. « I'm not nice, I'm a powerful and vile demon. » Un petit rire qui s'échappe de tes lèvres.« You're more a angel than a demon. » Tu l'avais toujours vu comme ça, comme un ange. Peut-être parce que ta famille l'a toujours considéré comme ça, comme un ange, comme un miracle. Bébé qui est arrivé seul, juste parce la seule volonté de sa mère d'avoir un enfant et ça malgré de nombreuses tentatives. Ange blond ou brun que tu suis depuis que t'es gamin. Tu lui demandes d'ouvrir la bouche pour lui mettre quelques cheetos. Et même s'il a couiné, il les a mangé quand même et tu ne pouvais que sourire. Tes mains qui caresses encore son visage Tu ne peux t'empêcher. « Now that I can eat and that you are here, yup. » Un autre rire qui s'échappe de tes lèvres et un grand sourire qui reste sur ton visage. Tu lui avais proposé un bain chaud, mais il a refusé. Tant mieux, tu pouvais le garder plus contre toi. Tu sens des larmes couler le long de son visage. Les larmes qui coulent et toi tu les essuies, tu déposes des baisers sur ses yeux tout en le laissant pleurer. Il en avait besoin, c'était sa façon d'extérioriser cette journée de l'enfer. « I love you. » Tu le regardes dans les yeux, toujours avec ce petit sourire. « I love you too. » Déclaration sincère. Tu déposes un doux baiser sur ses lèvres. Un baiser plein d'amour. Ce n'était pas la première fois que tu le lui disais et certainement pas la dernière. T'as envie de le lui dire encore et encore. Tu l'aimes, plus que tout. Il est toute ta vie. Il est ta moitié après tout. « It was horrible. I thought he was gonna hit me in the face. » Il se blotti un peu plus contre toi, comme s'il voulait fusionner avec toi. Tes bras qui resserrent votre étreinte. Un baiser dans le cou, un baiser sur cette morsure qui vous lie. « If someone does that, I'll punch the face of that son of bitch. » Pas un rire. T'étais sérieux. Plus que sérieux même. Tu ne supportes pas qu'on puisse faire du mal à Cassandre et ça depuis toujours. A l'école, t'avais bien été renvoyé durant quelques jours parce que tu t'étais battu parce qu'un gars s'en prenait à lui. Personne n'avait le droit de toucher à Cassie. Absolument personne. « I was a bitch this afternoon I'm so sorry. » Une de tes mains qui vient se promener dans sa chevelure. Tu le sais, ça le détend. Un massage crânien qui le faisait dormir rapidement. « It's ok, Cassie don't worry. » Un baiser sur son front. T'avais l'habitude après tout. Tu savais comment il était, tu savais comment il allait réagir si sa journée avait été difficile. « You need to rest, you worked like ten hours. » Tes mains qui se baladent encore dans ses cheveux. Tu connaissais ses horaires aussi. C'est sans doute pour ça que tu avais réussir à sentir son anxiété. Tu savais déjà que ça n'allait pas être une journée facile. « I'm here with you. » Tu le fais s'allonger avec toi. Tu le gardes précieusement dans tes bras, comme s'il était un trésor à protéger. Et tu commences à chanter. Quelques notes, une musique pas vraiment reconnaissable. Une mélodie que tu inventes rien que pour lui.


Walking out of time Looking for a better place Something's on my mind Always in my head space
Revenir en haut Aller en bas

Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Mer 13 Fév - 15:15


C'était dur, l'hôpital, les gens qui pleuraient, hurlaient, les gens qui te détestaient alors qu'ils ne te connaissaient même pas. C'était dur, de se faire haïr alors que tu faisais juste ton travail, c'était fatigant, usant, tu voyais du sang en torrent, tu voyais des enfants en larmes des adultes aussi, tu voyais des gens qui se battaient en pleine salle d'attente, des gens qui insultaient les soignants, c'était dur, souvent tu posais ta tête sur le dos d'Isaac pour avoir un peu de soutien, pour être rassuré, il était plus vieux, il savait comment réagir, quoi faire. Toi, t'étais trop jeune, trop fragile encore, t'étais un esprit un peu trop libre, un peu trop craintif, tu voulais toujours bien faire et tu voulais toujours réussir dans tout ce que t'entreprenais tu tenais ça de ta mère, tu tenais tout de ta mère en fait. Alors, ça te faisait de bien d'avoir Arren contre toi, de sentir son odeur, la peau de ses bras et de ses mains sur ta peau, sur ton corps, sentir ses lèvres contre toi, tes joues, ton front, ton cou. C'était dur, ça avait pas toujours été comme ça, quand t'étais sous pression avant il essayer de faire des blagues, il tentait de te faire rire, de continuer le jeu que vous aviez instaurés, des mots comme des couperaient, mais dans ces moments là tu te mettais à lui hurler dessus, à pleurer, à lui lancé des choses au visage et à t'enfuir dans les bras de ta mère. T'avais toujours eut du mal à supporter la pression, t'avais toujours eut du mal a supporter les cris, les hurlements, les insultes, t'avais toujours eut peur, ça te faisait mal. Les mains sur ton visage, l'amour qu'il te donnait, ça te faisait du bien, t'aimais le sentir contre toi, son odeur et sa force, sa chaleur, sa voix. Son rire comme le plus doux des baisers, c'était assez pour te faire sourire, tu craquais, les larmes qui coulaient de tes joues, ses doigts qui les essuyaient, ses lèvres sur tes yeux aussi, tu l'aimais, il avait comprit, il sait que tu l'aimes, il sait que sans lui t'es rien. Tu te souviens que tu courrais toujours vers lui quand t'étais petit, toujours pour l'avoir contre toi, toujours pour pouvoir être le plus proche, pour avoir sa chaleur, pour avoir le droit à ses caresses et ses compliments, votre relation était passer à un stade supérieur quand vous étiez adolescents, des baisés derrière des murs, des cigarettes en secret, des ronronnements, votre première aventure sexuelle aussi, tu te souviens de t'être retrouver plaquer derrière l'école, une main un peu trop chaude dans ton caleçon et tes soupirs d'extase, tu te souviens d'avoir été coller contre son lit, tu te souviens de ses mains sous ton haut, t'étais plus rien à part une masse gémissante, un gémissement et il avait été en toi, vous étiez des adolescents, des enfants, dix sept ans tous les deux et des idées et des rêves plein la tête, vous aviez pas discuter après ça, t'étais juste un peu angoissé de ne rien être pour lui, lui angoissé de ne rien être pour toi, tu te souviens que ça à continuer ensuite, plusieurs fois, jusqu'à ce que vous vous disiez que vous vous aimiez. Un rire, des rires, pas de vrais mots sur votre relation, rien de plus que du sexe, et puis ça s'était transformé ensuite, des caresses, des baisers, des rires, rien de plus, de l'amour. Tu t'excuses, encore. C'est pas grave, il te le dit, c'est pas grave si t'as pas été sympa. Tu sais qu'il rigole pas quand il te dit qu'il frapperait la personne qui oserait te faire du mal, c'était déjà arrivé quand on t'avais insulter et frapper à l'école, il t'avait défendu, tu l'avais aimer encore plus fort à partir de ce moment là. Les mains dans tes cheveux, tes ronronnements encore plus profond, un baiser sur ton front. Dans un mouvement vous vous allongez, t'as un soupir, toi contre lui, un ronronnement et tu t'endors, tu sais qu'il est là, qu'il ne te quittera pas. T'ouvres les yeux, deux heures plus tard, c'était tout, un sommeil de quelques heures, tes lèvres qui se posent sur le col de son haut, un ronronnement encore plus profond. « Hey. » Ta main sur son haut, sous son haut, tes mains qui caressent son torse doucement, qui descend un peu. « Hey daddy let's have fun. » Un sourire sur tes lèvres.
AVENGEDINCHAINS



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Arren Rivera
the lover
sweet but psycho {arren & cassie) Tumblr_p0tgqk2Kv21w6n4tao8_250

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 7

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : gavin leatherwood

crédits crédits : psychotic bitch


occupation occupation : student, magical arts, hoping to be a teacher

“Love is not about how many days, weeks or months you’ve been together, it’s all about how much you love each other every day.”


sweet but psycho {arren & cassie) Iz9kdN7

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Ven 15 Fév - 20:09

L'imprégnation qui s'est fait lorsque vous étiez enfant, quand vous étiez des nourrissons. Gamins nés la même année qui ne pouvaient pas être séparés, qui hurlaient à la mort si vous étiez dans deux pièces différentes. Des vrais pots de colles. S'il n'y avait pas eu le physique, on aurait pu penser que c'était Cassie ton jumeau et non Aùra. Première imprégnation qui vous lie dans l'amitié. Un peu étrange, mais elle est quand même là. Deuxième imprégnation. Un autre sentiment. L'amour. Adolescents qui n'arrêtaient pas de se chercher. C'est sans doute à se moment-là qu'elle avait dû avoir lieu. Son odeur qui te faisait perdre la tête. Ton loup qui apparaissait quand il est près de toi. Tu l'aimes, tu lui a déjà dit. Des tonnes de fois, mais peut-être que la situation faisait qu'il pensait que tu n'étais pas sérieux, alors que c'était le cas. Tu l'aimes plus que tout. Tu ferais n'importe quoi pour lui. Et tu le lui a déjà prouvé de nombreuses fois. Cassie qui est dans tes bras, que tu essayes de rassurer, d'apaiser du mieux que tu peux. Allongé dans le lit, une mélodie qui sort de tes lèvres et tu sens le sorcier s'endormir dans tes bras. La mélodie que tu continues de chanter. Sa berceuse à lui. Tu l'avais décidé. Tu ne t'étais arrêté de chanter que lorsque tu étais certain qu'il avait rejoins les bras de Morphée. Tu aurais pu ensuite t'endormir. Coller à lui, respirant son odeur. C'était le combo parfait pour faire une bonne nuit. Sauf que tu es resté à ses côtés, à le regarder dormir. Il ressemblait à un ange et malgré le fait qu'il disait le contraire. Tu ne sais pas combien de temps tu l'avais observé, tu avais admiré chaque détails de son visage, de son corps. Un ronronnement qui avait fait son retour. Tes bras qui l'enlace un peu plus encore. Un sourire qui se dessine lorsque tu vois ses yeux ouvrir petit à petit. Un sourire qui s'agrandit quand ses lèvres se posent sur ton col. « Hey. » Tes lèvres qui se posent sur son front. « Hey sweet boy. » Les mains de Cassie qui se balade sur le tissus pour passer ensuite sous le tissus. Un soupir de plaisir qui franchi la barrière de tes lèvres. Un frisson aussi lorsque tu sens ses mains froides contre ta peau. « Hey daddy let's have fun. » Un sourire aussi qui apparaît sur le visage de Cassie. Un sourire joueur. Tu te redresses un peu en faisant en sorte que le sorcier se trouve sur tes genoux. « Oh lil boy wanna play. » Ce sourire en coin qui ne faisait que s'agrandir. Tes lèvres qui se posent sur les siennes. Un baiser passionné que tu as dû mal à t'en défaire. Tes lèvres qui glissent de ses lèvres pour s'aventurer sur ses joues, dans son cou, qui commençaient doucement à descendre. « Don't worry, daddy will take care of you lil boy. » Ton regard qui plonge dans le sien. T'as encore ce sourire en coin sur ton visage. Tes lèvres qui s'accrochent une nouvelle fois aux siennes. Un baiser rapide mais avec tout le sentiment que tu as pour lui. Tes lèvres qui se posent à nouveau sur son bas ventre. Tes mains qui commencent à défaire le pantalon de Cassie. Tes mains qui caressent doucement le tissus. Tu as envie de prendre de ton temps. T'u as envie d'entendre les supplications, cette douce mélodie.


Walking out of time Looking for a better place Something's on my mind Always in my head space
Revenir en haut Aller en bas

Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Sam 16 Fév - 11:56


Arren et toi c'était un grand mystère. T'es né en décembre pendant les premières neiges, enfant pas prévu, enfant que ta mère avait fait toute seule, elle pouvait pas porter d'enfants, elle s'était fait ce diagnostique seule, elle avait désespéré, pleuré et puis elle était tombée enceinte, toute seule, d'elle même, ses pouvoirs qui avaient prit une autre tournure, elle avait créer la vie seule et t'étais le premier de ton espèce à être aussi pur génétiquement parlant, t'étais elle à quelques détails près comme la couleur de tes yeux, comme la nature changeante de tes cheveux qui pouvaient devenir blond du jour au lendemain. Instable mais beau, c'est ce qu'elle disait, que t'étais son œuvre d'art, Arren aussi le dit, il le murmure à ton oreille comme si c'était un secret, comme si ses sentiments n'étaient que pour toi. Tu te souviens que vous étiez proche, tellement proche qu'on aurait cru que vous étiez frères, des sourires, des jeux, deux enfants qui se touchaient et qui dormaient l'un contre l'autre. Aùra était jaloux, son frère t'appartenait quand t'étais là. Tu te souviens des siestes ensemble puis en grandissant vous vous êtes séparés un peu, tu sais pas vraiment pourquoi, tu sais juste que vous avez commencez à vous tourner autour comme des enfants, tu te souviens de ses sourires narquois que t'avais juste envie de claquer contre un mur. Tu te souviens que quand t'avais une quinzaine d'années vous vous étiez engueuler, fort, une broutille, tu te souviens que tu l'avais gifler fort, plus fort que tu ne le voulais, tu te souviens de la trace sur son visage, tu te souviens des larmes dans ses yeux. T'avais rien réussi à faire à part rester sur place pour le voir s'enfuir en pleurant, tu t'étais mis à pleurer aussi, c'était juste une connerie après tout non ? Tu te souviens d'avoir toquer chez lui après, être monter dans sa chambre. Tu l'avais gifler parce qu'il t'avait dit qu'il t'aimait, qu'il l'avait répéter tellement de fois et tu te pensais pas assez bien pour lui, tu l'avais frapper parce que t'avais eut peur, peur qu'il change d'avis, peur de pas être assez bien, peur qu'il te dise que c'était une blague. Tu souviens que t'avais éclaté en sanglot devant lui et que tu t'étais excusé, que t'avais caresser ses joues et que tu l'avais embrassé, que t'avais murmuré que toi aussi tu l'aimais plus que tout. Tu te souviens de quand tu te faisais plaquer dans un coin de l'école, des lèvres dans ton cou et des mains sur tes fesses et tes hanches, tu te souviens des sourires en coin, des remarques des profs, tu te souviens des moments où il se battait parce qu'on t'avait insulter, tu te souviens de vos corps qui se découvrent, des yeux violets qui sont apparus à un moment précis, tu te souviens que t'as caresser son visage cent fois, que tu t'es excusé milles fois. Tu te souviens de vos corps qui s'apprennent pour la première fois réellement, de la morsure, vous aviez quinze ans, des enfants encore, et pourtant ça avait continué, longtemps, jusque maintenant. Tu te souviens quand le petit-copain de Aùra qui était votre prof à l'époque avait vu la morsure dans ton cou, il avait eut un grand soupir, il devait se dire que ça avait mis un peu trop de temps, que les disputent allaient cesser, mais non, vous vous cherchiez toujours autant. T'émerges, un peu, après dix heures de travail t'avais bien mériter une sieste même si elle avait été courte, tes mains qui se glissent sous le haut de Arren, des lèvres sur ton front, des mots à double-sens qu'il connaît, c'est comme ça depuis que vous êtes adolescents. Tu finis sur ses genoux, les jambes un peu écarté, un sourire sur tes lèvres, un baiser, comme une signature de contrat jamais les mêmes, aucune lassitude, tes lèvres contre les siennes, les mains sur tes hanches, sur ta peau, tu perds un peu plus la tête. Tu te sens basculé sur le lit, les lèvres d'Arren qui sont nulles part et partout à la fois, il prend son temps, la main qui défait les boutons de ton pantalon, ses lèvres sur ton ventre qui essaient de se frayer un chemin, un rire qui sort de tes lèvres, une supplique aussi. « I want you. I want to feel good. Daddy. Please. » Tu voulais juste te détendre, pas jouer, tu voulais juste qu'il prenne soin de toi. « I just want to feel good, please, nothing else. » Tu voulais qu'il s'occupe de toi, tu voulais le sentir, sentir sa chaleur, les frissons dans ta nuque, tu voulais juste le ressentir, l'avoir en écho au fond de toi, sentir sa jouissance, tu voulais pas supplier éternellement, tu voulais sentir tes muscles se détendre quand il mordrait encore une fois ton épaule.
AVENGEDINCHAINS



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Arren Rivera
the lover
sweet but psycho {arren & cassie) Tumblr_p0tgqk2Kv21w6n4tao8_250

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 7

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : gavin leatherwood

crédits crédits : psychotic bitch


occupation occupation : student, magical arts, hoping to be a teacher

“Love is not about how many days, weeks or months you’ve been together, it’s all about how much you love each other every day.”


sweet but psycho {arren & cassie) Iz9kdN7

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Sam 16 Fév - 13:35

Certains diront que votre couple est incestueux. C'est sans doute vrai. Après tout, il était ton cousin. Pas de sang directement en tout cas.Un bébé miracle. Un bébé uniquement fait avec la volonté de sa mère qui désirait plus que tout donner naissance. C'était comme ça qu'il était décrit dans ta famille. Tu peux le remarquer la vérité de ses propos avec le regard de Eirlys. Elle aime tous ses enfants, il n'y a pas de doute dessus, mais Cassie, c'était particulier. Il était son miracle à elle. Il était elle. Tu t'en fiches de ce que peuvent dire les autres, toi tu aimes Cassie depuis que le premier jour. Et ça s'est compliqué à l'adolescent sans trop savoir pourquoi. Des disputes, des réconciliations. Tes parents trouvaient ça normal. Deux caractères similaires, presque explosifs. Ils ne s'inquiétaient pas trop pour voir.Ton père t'avais dit que ce n'était qu'une question de temps avant que vous ne réussissiez à vous apprivoiser. C'était juste après que Cassie t'avais gifflé à la suite d'une énième dispute. Tu te souviens plus sur quoi elle portait, mais c'était sans doute la dispute de trop. La main de Cassie sur ta joue, la trace qui était encore présente sur ta joue, tes larmes aux yeux. Tu lui avais demandé si c'était normal que ton âme sœur de te déteste. Il t'avais dit qu'il ne fallait pas que tu t'inquiète, que l'amour pouvait prendre de multiple forme et qu'il fallait être patient. Tu te souviens quand Wyatt t'avais mis à côté de Cassie comme pour arranger les choses, sauf que ça avait fait l'effet inverse. Des disputes en plein,ce n'était pas arrivé qu'une fois. Et pourtant après chaque dispute, il y avait la réconciliation, les excuses, les baisers et plus. A dix-sept ans, tu t'étais enfin lancé.Votre première fois, la découverte de vos corps, un moment magique et magnifique. Tes yeux violets qui sont apparu. Et la morsure. Il était tiens à présent. Ton père avait raison, vous avez réussi à vous apprivoiser. Il y avait encore ses moments de jeux du chat et de la souris, mais il y avait ses moments de douceur. A croire que vous avez réussi à trouver un certain équilibre, mais pas assez pour que ça soit officiel. Tes lèvres qui se posent sur les siennes. Il voulait s'amuser. Le sourire en coin qui se dessine. Toi aussi, tu veux t'amuser. Tes lèvres qui parcours son corps. Oui, tu allais bien t'occuper de lui. « I want you. I want to feel good. Daddy. Please. » Tu lèves un peu la tête, tu lui souris, alors que tes mains s'occupent à faire partir le dernier morceau de tissus qu'il avait sur lui. Tes lèvres qui continuent de descendre petit à petit. « I just want to feel good, please, nothing else. » Le caleçon à terre, qui rejoint les autres vêtements. « Daddy will please you lil boy. » Sourire en coin bien ancré sur ton visage.Tu commences à le prendre en bouche. Petit à petit.Tu veux l'entendre supplier de vouloir plus. Tu aimes cette douce mélodie. Sauf que tu es impatient toi aussi. Toi aussi tu veux plus. Alors tu prends toute sa longueur, cette douce friandise. Tu prends en bouche, tu lèches, tu passes légèrement tes dents, tu le prépares aussi en même temps.Tu sais ce qu'il lui fait plaisir. Et il arrive. Tu avales tout, sans laisser une moindre goutte. «You were a very good boy, you need to be granted. » Tu te mets au dessus de lui, t'écartes légèrement ses cuisses. Tu le regarde quelques secondes, tu caresses son visage tendrement. Il est magnifique. Cet ange presque blond avec ce rouge aux joues. Une véritable œuvre d'art. « I love you Cassandre. » Tu utilises son prénom en entier. Prénom tout aussi magnifique que lui. Tu l'embrasses passionnément, tendrement. Tu l'embrasses avec tout l'amour que tu as pour lui, pendant que tu te mettais en lui. Tu ne bouges pas tout de suite.Tu profites de ce moment, tu lui souris tout en lui caressant ses joues. Tu as vraiment envie qu'il se sente bien.


Walking out of time Looking for a better place Something's on my mind Always in my head space
Revenir en haut Aller en bas

Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Dim 17 Fév - 10:32


Tu voulais rien de plus que lui. Il était ton évidence, il était tout ce que t'avais toujours voulu. L'adolescence avait mis votre relation à l'épreuve, deux caractères opposés, t'étais le genre de mec qui parle peu, pas pour rien dire, celui qui voulait toujours faire trop bien et pourtant qui se retrouvait cloué par la fatigue à un moment à un autre. T'étais à la fois bordélique et organisé, t'avais des périodes, et puis surtout tu l'aimais. Tu l'aimais si fort que ça te coupait parfois la respiration. Lui, il était du genre réfléchit sauf quand il était avec toi, il était celui qui prenait les décisions et qui  calmait les ardeurs des gens, sauf avec toi, avec toi il était stupide, indécis, impulsif. C'était mignon, c'était adorable de savoir que tu lui faisais perdre ses moyens comme ça, t'aimais savoir que t'avais ce pouvoir sur lui. L'hôpital, ça avait vraiment été horrible, en dix heures t'avais vu plus de misère humaine qu'en ayant vécu vingt ans sur cette planète. Tu voulais juste te sentir bien dans ses bras, tu voulais juste te sentir rempli, d'amour, de lui, tu voulais juste être sien pendant quelques minutes, quelques heures, tu t'en foutais. Rien n'était important à part lui, à part ses mains, sa peau, sa chaleur, l’électricité dans l'air, tu voulais juste qu'il soit à toi et être à lui. Les derniers vêtements que t'avais qui disparaissent, tu supplies, peut-être un peu trop mais tu voulais juste être détendu, sentir ses dents sur ta morsure, sentir encore la douleur mélanger au plaisir, tu voulais juste être complet une fois encore. Tu sens ses lèvres descendant ton corps, ça te faisait rire comme il semblait toujours s'extasier de ce que t'étais, de ce à quoi tu ressemblais, de la texture de ta peau, de sa couleur, de comment il était supposé te toucher, il aimait les détails et tu ne pouvais pas te plaindre. Ce sourire qui te décrochais un rire, t'osais pas regarder, ton bras sur tes yeux et les tremblements qui commencent quand tu sens son souffle contre toi, des gémissements que t'essaie d'empêcher de sortir, des mouvements de bassin, ta main qui caresse une mèche de cheveux que tu parviens à attraper. Le rouge qui bouffe tes joues comme si t'avais de la fièvre, peut-être que t'as la fièvre de lui après tout ? Des dents, des doigts qui te préparent, tu sais plus où donner de la tête et tu arrives, dans un tremblement, un gémissement un peu plus fort, grondement rauque qui fait écho dans ta gorge, et tu le sens avalé, tout, comme d'habitude, comme si c'était un élixir, comme s'il aimait ton goût, comme s'il ne voulait pas laisser une seule goutte de toi se perdre. Ton bras qui quitte tes yeux, un ronronnement qui veut dire que t'aimes ça, t'aimes sentir qu'il est en toi même si ce ne sont que des doigts, t'aimes avoir cette sensation qui te rappel que t'es à lui et seulement à lui. Il te congratule, utilise les mots que t'aimes entendre, il te connaît trop, tu durcis, encore, un peu, un écho de gémissement qui se fraye un passage hors de tes cordes vocales, t'as les cheveux en halo sur l'oreiller, tu suis le mouvement quand il ouvre tes cuisses, t'ouvres, grand, passe tes jambes autour de ses hanches. Il te regarde, tu vois les iris autrefois brunes se teintés d'un violet que t'adores voir, ça voulait dire tellement, qu'il allait se lâcher, qu'il allait te remplir, te faire te sentir bien. Des caresses sur ton visage et t'as un sourire. « Am I pretty enough for you ? » Tu demandes, une simple question, tu sais déjà que pour lui t'es bien plus que ça. Il te dit qu'il t'aime, t'as un couinement un peu surpris, à ce moment là, à l'utilisation complète de ton prénom, il t’appelait rarement Cassandre, surtout Cassie ou d'autres surnoms que se donnent des amants amoureux. Un baiser, passionné, un baiser d'amour pur, d'amour sincère pendant que tu sentais qu'il te remplissait. Tes mains qui laissent des griffures dans son dos, ta bouche qui s'ouvre laissant encore plus de passage, il était gros, impressionnant, t'oubliais à chaque fois et t'avais des gémissements qui sortaient quand vous repreniez de l'air. Le baiser qui se termine, t'as la bouche ouverte, des étoiles dans les yeux et il ne bouge pas encore, tu te sens déjà bien, comme si t'étais déjà complet, peut-être que tu l'est. Un sourire, un sourire qui te prend au dépourvu, des caresses sur tes joues. « Soft fucker. » Cette phrase, insulte, qui avait tous les sens du monde. La main que t’apporte à ta bouche, les morsures, et tu commences des mouvements de reins, tu veux le sentir, plus fort, plus loin, sentir tout de lui même ce qu'il voulait omettre de te dire. « Fuck yes, you're so good, so big. » Tu perds la tête, un peu trop, t'essaie de t'empaler un peu plus, encore plus, tu veux qu'il bouge, vite, fort, qu'il jouisse en toi, tu veux qu'il te laisse ruiner par ses coups de reins. « Please fuck me, quick, hard, I want to feel your cum inside. » Tu le veux vraiment, tes yeux qui sont voilés par la luxure, c'était le mating, c'était la sensation que t'avais à chaque fois et que tu réprimais, c'était cette voix qui te disais que tu pouvais lâcher les reines et le laisser te baiser comme il le voulait, autant de fois qu'il le voulait, tu voulais te sentir bien. Ta tête qui se balance en arrière quand il touche ta prostate et tu supplie, encore et encore et encore.
AVENGEDINCHAINS



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Arren Rivera
the lover
sweet but psycho {arren & cassie) Tumblr_p0tgqk2Kv21w6n4tao8_250

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 7

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : gavin leatherwood

crédits crédits : psychotic bitch


occupation occupation : student, magical arts, hoping to be a teacher

“Love is not about how many days, weeks or months you’ve been together, it’s all about how much you love each other every day.”


sweet but psycho {arren & cassie) Iz9kdN7

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Jeu 21 Fév - 12:46

Cassie, il est tout pour toi. Tu ne peux pas te sentir entier s'il n'est pas prêt de toi.  Tu étais relié à lui, tu ressens absolument tout. Ce n'était pas qu'un phénomène qui vous touche. Dans chaque couple d'âme sœur, c'est comme ça que ça se passe. Mais ça met plus ou moins du temps à se mettre en place. Et pour vous deux, ça avait mis un certain temps. Peut-être à cause de vos disputes quasiment constante, parce que vous n'étiez pas encore si lié que ça. C'est arrivé lorsque vous avez eu votre première fois. Tu te souviens lorsque tu as senti la première crise d'angoisse de Cassie lorsqu'il avait été seul à l'hôpital. Tu n'avais pas agi de la bonne manière, tu l'avais senti aussi. Tu le sentais de plus en plus, de plus en plus fort aussi. C'était comme si tu étais à côté de lui. Il t'arrivais parfois d'insulter la personne qui osait maltraité Cassie, alors que tu étais seul dans ta chambre. De tout façon, tu le sais que dès que ça le concerne, tu perds la tête, tu ne réfléchis absolument plus. Il s'est endormi quand tu l'a pris dans tes bras. Une sieste qu'il avait plus que besoin après les dix heures d'enfer à l'hôpital. Il se réveille et te demander. Il veux s'amuser, ton sourire qui ne se fait pas attendre. Tes lèvres qui descendent. Ta bouche qui le prend. Oui, tu t'amuses avec lui. Ton sourire qui s'agrandit lorsque tu l'entends gémir plus fort, lorsqu'il demande plus, lorsque tu sens sa respiration se saccader lorsque tu commences à mettre le dent, lorsque tu le prends en entiers. Tu avales lorsqu'il vient. Chaque goutte qui coule dans ta gorge. Tu te redresses, tu met au dessus de lui. Tu le félicite. « Am I pretty enough for you ? » Un grand sourire qui se dessiner sur ton visage. Tes yeux qui n'arrivent pas à quitter ce visage d'ange. Oui, c'était ce qu'il était à cet instant précis, avec les cheveux formant un halo autour de son doux visage. « You are the prettiest of them all. » Tes mains qui caresses ses joues doucement.Tu lui dis que tu l'aimes avant de l'embrasser comme jamais. Oui, tu l'aimes plus que tout. Il est ta vie après tout. « Soft fucker. » T'as un petit rire. C'était censé être une insulte, mais tu le prenais comme un compliment. Ton sourire qui s'agrandit lorsque tu sens les hanches de Cassie bouger. Il en veut plus et tout de suite, tu le sais. Tes lèvres qui se posent dans son cou. Une marque tu lui laisses avec un grand sourire. Cassie est à toi et à personne d'autre. T'es en lui, en entier, mais tu ne bouges pas. Tu veux l'entendre demander encore plus. « Fuck yes, you're so good, so big. » Un rire qui s'échappe de ta bouche. Il commence à perdre la tête. Tu sens son son cœur battre rapidement. Tu le regardes, tes yeux sont devenus complètement violets.. « Please fuck me, quick, hard, I want to feel your cum inside. »Un autre rire que tu coupes par un baiser passionné. Ta langue qui vient jouer avec la sienne. T'essaye de lui faire perdre la tête un peu plus. « Baby boy is impatient. » Tes doigts qui caressent les lèvres. Ton bassin qui commence un mouvement. Lent. Peut-être un peu trop lent. « Quicker baby ? » Sourire en coin toujours présent.  Tu accélères petit à petit.« Harder now ? » Tes lèvres qui s'étirent. Tes mains qui se posent sur ses hanches, qui les tiennent fort. Des mouvements plus rapides, plus forts, c'est ce qu'il demandait après tout. T'es heureux quand tu vois sa tête partir en arrière et demander de plus. T'as touché un point sensible. Il est tout à toi, tu le sais. « Soft baby boy wanna more ? »  Tu t'arrêtes d'un coup, alors que tu sentais qu'il allait venir, que tu te sentais venir aussi. « My dick is not enough baby ? You wanna one more ? » Des mouvements lents qui reprennent. Tes dents sur ta peau. C'est un jeu entre vous.


Walking out of time Looking for a better place Something's on my mind Always in my head space
Revenir en haut Aller en bas

Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Ven 22 Fév - 20:17


Tu te souviens de quand vous vous êtes toucher pour la première fois toi et Arren, tu te souviens de son regard un peu trop doux, un gosse qui découvre un corps autre que le sien. Tu te souviens de ton rire un peu gêner, du sien un peu trop confiant, vous vous étiez engueuler juste avant, c'était la fois où tu l'avais gifler, deux gamins de dix-sept ans à peine qui se découvrez. Vous aviez l'impression d'être les derniers à l'avoir fait, d'être en retard, tu te souviens que t'étais venu et que tu l'avais embrasser, que tu t'étais excusé de l'avoir gifler, que tu pensais juste que t'étais pas assez bien pour lui et que t'avais eut peur de l'amour qu'il voulait te donner. Tu te souviens qu'il te l'a répété, qu'il t'a dit qu'il t'aimait, qu'il t'aimerait toujours, qu'il te protégerait toujours et ça contre tout ce qui pouvait te faire du mal. Tu te souviens que t'as fait glisser ta chemise le long de ton torse avec un sourire un peu timide, tu te souviens qu'il te regardait comme si t'étais la huitième merveille du monde. Tu te souviens de ses mains sur tes épaules, ton visage, ton torse, tu te souviens de ton sourire un peu timide et du ronronnement que t'avais eut quand il avait effleurer la jonction de ton cou et de ta nuque, tu te souviens du sourire parce qu'il savait que ça allait être là qu'il te mordrait. Tu te souviens du fou rire quand il n'y avait plus que des capotes un peu trop grande pour lui, de l'angoisse que t'as ressenti aussi quand t'as fini complètement nu allongé dans son lit. T'avais pas prit les devants, t'avais pas voulu le prendre en bouche, ça te faisait un peu trop flippé, c'était un truc d'un niveau supérieur au tiens. T'avais complètement perdu l'esprit aussi, quand il t'avait répété qu'il t'aimait, qu'il avait caresser l'intérieur de tes cuisses, qu'il s'était perdu en toi. Tu te souviens que t'as pas eut mal, pas une seule douleur, pas un seul couinement, tu te souviens que t'étais détendu, que ça faisait longtemps que t'attendais ça, que t'avais toujours voulu le sentir, savoir comment c'était. Tu te souviens de la morsure, du gémissement qui était sorti, tu te souviens du rire que t'avais eut aussi, ta main dans ses cheveux, un sourire aux lèvres, et t'avais jouis, et lui aussi, et ça avait été assez comme ça, tu te souviens de la douche, les rires, les baisers, le fait qu'il t'ait porter aussi, la morsure à l'intérieur de ta cuisse cette fois, elle voulait pas dire grand chose mais elle voulait dire assez, ton regard qui s'était égaré sur ses formes, sur son torse. Tu l'aimais, tu lui avais dit, un mot, c'était dur, t'avais du mal, t'étais pas comme lui, tu pouvais pas le répéter sans arrêt pour le prouver, une fois c'était bien, deux c'était un miracle. Maintenant vous en étiez là, pas vraiment un couple, pas vraiment libre non plus. Tu sais qu'à chaque fois que quelqu'un se rapproche un peu trop de toi il perd la tête, la violence qui sort de lui, il est possessif, mensonge ça serait de dire qu'il ne l'était pas. Tu perds la tête, toi, quand il est en toi, quand il s'amuse, te prend au pied de la lettre. Impatient, tu l'étais, un mensonge ? Non. T'étais à sa merci, complètement amoureux, complètement possédé par lui aussi. Plus vite. « Yes. » Plus rapide, les mouvements de reins, tes mains qui se perdent dans ses boucles, dans son dos, les ongles qui ravagent, la jouissance qui monte, un peu plus. Plus fort. Un gémissement, profond, un ronronnement aussi. « Yes. » Tu ne sais plus rien dire, une litanie de sons, rien d'autre. Ta bouche qui s'ouvre, tu cherches l'air, ton visage de jouissance qui se construit petit à petit. La prostate qui est touchée, pas assez fort pour te faire jouir mais elle est touchée, ta tête qui se lance en arrière, tes muscles qui se contractent autour de lui comme un étaux brûlant. Tes mains qui s'agrippent, ses cheveux encore qui sont tes victimes. Il te demande, si tu veux plus un ronronnement encore qui sort de ta gorge, des vibrations, ton bassin qui bouge seul, lui intime de continuer et, il s'arrête. Des couinements, comme un enfant qui n'obtient pas ce qu'il veut. « Arren. » Un rappel à l'ordre. « Arren. » Un second. « Arren please. » Un troisième, il te demande, si tu veux plus, t'as toujours envie de plus quand ça le concerne. Si tu veux une deuxième queue en toi, peut-être, vous aviez jamais essayer, c'était toujours une idée qui était restée en suspend, si t'étais capable, si tu voulais, t'essaie d'augmenter son rythme, un peu plus fort, un peu plus vite, les dents qui glissent sur ta peau qui te rendent fou, encore un peu. « Fuck me. Fuck me with two huge dicks. Please. » Ouais, cette fois tu le voulais, tes cuisses qui s'écartent encore un peu plus, ton pénis qui ne demande qu'à être libéré, tu ne demandes qu'à jouir. « Please Daddy. » Des mots qui le font vibré presque autant que son prénom quand tu le prononces dans cette état là. T'es un bordel sans nom, comme si dix personnes t'étais déjà passée dessus, le souffle court, les lèvres rouges et gonflées, les yeux fermées, les cheveux en halo autour de ta tête, la bouche ouverte et un doigt qui y régnait, que tu mordais, ta langue un peu sortie aussi, t'étais une peinture, la sueur sur ton torse, la pâleur de ta peau, les marques rouges un peu partout et tes cuisses ouvertes comme si tu n'attendais que ça, une salope dans toute sa grandeur, et t'aimais ça, t'aimais lui montrer cette partie de toi, toi qui était toujours trop sérieux, trop droit, toi qui bougeait ton bassin alors qu'il était encore en toi et que tu voulais le sentir, jouir, et recevoir sa semence. T'avais qu'une envie, être rempli, que ça ne se finisse jamais.
AVENGEDINCHAINS



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Arren Rivera
the lover
sweet but psycho {arren & cassie) Tumblr_p0tgqk2Kv21w6n4tao8_250

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 7

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : gavin leatherwood

crédits crédits : psychotic bitch


occupation occupation : student, magical arts, hoping to be a teacher

“Love is not about how many days, weeks or months you’ve been together, it’s all about how much you love each other every day.”


sweet but psycho {arren & cassie) Iz9kdN7

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Sam 23 Fév - 17:36

Vous êtes bien loin de votre première fois. Timide, innocente, douce et surtout très maladroite. Tu te souviens encore de ta tête, de son rire, lorsque tu t'es rendu compte que tu avais pris la mauvaise taille pour les préservatifs. T'étais gêné, tu t'étais gratté la tête en t'excusant un peu trop souvent. Deux adolescents apprenaient à connaître le corps de l'autre. C'est à ce moment-là que ton cerveau a mémorisé chaque parcelle de sa peau, grain de beauté, cicatrice aussi petites soient-elles. Des déclarations qui ne cessaient d'être répété encore et encore. Du moins pour ta part. Cassie avait eu du mal au début. Une fois. Peut-être deux, mais tu savais que de sa part ça voulait absolument tout dire. Un vrai moment d'amour entre vous. Tu ne regrettes en rien cette première fois. Elle était exceptionnelle pour toi. Elle était unique après tout. Jamais vous n'avez eu des moments comme ça. Des moments doux oui, mais aussi doux, aussi innocent que ça, non. Il y avait toujours eu ce côté joueur par la suite, un peu taquin. Cassie qui commence à perdre la tête lorsque tu commences à être en lui. Il demande plus vite, plus fort. Tu joues avec lui. Tu y vas doucement, lentement. Tu lui demandes si c'est ça qu'il voulait vraiment. Il était magnifique. Un véritable ange. T'avais envie de prendre une photo de lui pour immortaliser le moment. Ton téléphone qui s'envole que tu amènes près de toi. Des photos que tu prends encore et encore. Une habitude que vous aviez pris. « Yes. » Une photo. Tes mouvements qui s'accélèrent. Encore des photos. Même vidéos. Son expression le méritait. Un modèle de peinture, voilà ce qu'il était. Et tu savais que sa beauté n'allait pas s'arrêter là, au contraire. « Yes. » Des mouvements plus violents. Sa bouche ouverte. Il a dû mal à respirer. Il cherche l'air, tu le sens. Un sourire qui se dessine sur ton visage. Tes mouvements encore rapides, encore violents. T'as un grognement quand il attrape tes cheveux, quand sa tête part en arrière. Tu as touché un endroit sensible, tu le savais. Si tu continuais comme ça, il allait jouir un peu trop rapidement. Tes mouvements qui ralentissent. Tu veux jouer encore un peu avec lui. « Arren. » Un coup de rein plus puissant pour le faire supplier encore plus. Il couine encore et encore. Tes mouvements sont lents, comme si tu étais sur le point de t'arrêter. « Arren. » Tes lèvres qui s'agrandissent encore. Ton téléphone qui enregistre ce moment de supplication. « Arren please. » Tu t'arrêtes finalement. Tu demandes s'il veut plus pendant que tes dents jouent avec lui. Tes lèvres qui s'étirent parce qu'il bouge son bassin comme pour te dire de continuer.« Fuck me. Fuck me with two huge dicks. Please. » Un baiser plein de luxure. T'ouvres la commode. Le jouet qui attendait sagement d'être utilisé. Une idée que vous aviez eue, mais jamais tenté. Jusqu'à présent. Tu lui souris, tu lui mets près de la bouche, pour qu'il joue un peu, pour qu'il le lubrifie. « Please Daddy. » Le jouet que tu reprends, que tu mets à son entrée, qui commence la préparation pour son arrivée. « Baby boy is needy.» Tes lèvres qui attrapent les siennes, qui mordent. Tes yeux qui se lèvent pour le regarder. La vision d'un ange. Ses lèvres rouges. Ses joues rouges aussi. Ses cheveux en bordel formant le halo. Son bassin qui bouge, qui ne demande qu'à vous recevoir. Il est prêt. Une photo pour immortaliser le moment. Pendant une ou deux secondes, tu ne bouges pas, pour qu'il puisse s'habituer. Puis les coups de reins qui recommencent. Vite. Fort. Le jouet qui bouge sans que tu ne le touches, grâce à la télékinésie là aussi. « Oh fuck. » Tu jures. Parce que tu le sens se serrer autour de toi. Parce que tu aimes la sensation du jouet qui se frotte sur toi. Tu souris parce qu'il a perdu complètement la tête. Tu es presque certain qu'il a oublié son prénom. Des baisers passionnés, langoureux. Vos langues qui jouent ensemble. Tes lèvres qui le marquent. Plus vite. Plus fort. Et comme la dernière fois, tu ralentis quand tu sens qu'il va arriver.« You are a lil slut baby boy. You act like mine don't you ? » Une main qui caresse sa joue, qui descend sur son torse pour enfin arriver sur sa longueur. Doucement. Il est sensible tu le sais, tu n'as pas envie qu'il vienne tout de suite. « You wanna cum maybe ? » Tes mains qui se baladent encore. Un coup de reins violent aussi. « Were you nice enough to cum ? » Une légère pression sur sa longueur. Un baiser. Des suçons.« You wanna me to cum too ? » Tu touches sa prostate durant plusieurs secondes. Tu veux voir ses yeux se fermer, tu veux le voir crier, avoir un sentiment de frustration.« You wanna be full ? » Sourire en coin qui se dessine. Tes mains qui agrippent ses hanches. Ton bassin qui bougent lentement. Le jouet qui est encore en lui, mais toi qui te retire doucement. « You want my cum to be out of you ? » T'es à son entrée. Tu t'amuses à rentrer un peu, à sortir, à voir ses réactions. Tu sais qu'il veut que tu le remplisses quitte à ce que ta semence coule. Tu sais qu'il veut que tu le recouvres aussi. Une vision que tu aimerais voir plus que tout au monde. Il serait l'être le plus magnifique sur cette planète. Tu reviens complètement à l'intérieur de lui. Tu touches presque sa prostate en attendant sa réaction.


Walking out of time Looking for a better place Something's on my mind Always in my head space
Revenir en haut Aller en bas

Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Ven 1 Mar - 19:24


Votre première fois, t'avais ri quand t'avais vu qu'il avait prit la mauvaise taille de préservatif, trop grand, ça avait été drôle, il était déjà nu, toi aussi. Tu te souviens que tu t'étais déshabiller devant lui, pour t'excuser d'abord, pour lui prouvait que tu l'aimais aussi. Deux gosses. Tu te souviens du regard qu'il a posé sur ta peau un peu trop diaphane, presque d'un blanc maladif, tu te souviens de ses lèvres sur tes grains de beautés, du contraste entre vos deux corps, de couleur, de chaleur aussi. Tu te souviens quand il t'a dit que t'étais la plus belle chose qu'il avait jamais vu et que t'as rougit un peu trop fort en lui disant qu'il était un idiot. C'était toi, l'idiot, en fin de compte. Tu te souviens des sourires, tu te souviens quand tu t'es fait allongé doucement sur son lit d'enfant encore, tu te souviens que t'as eut un fou rire, tu te souviens que tu t'es détendu quand il a embrassé tes joues, quand il a toucher ton corps un peu trop sensible. C'était doux, amoureux, tu l'avais jamais vu autant concentré sur quelque chose et pourtant il était intelligent Arren, il était même très intelligent. Tu te souviens de son sourire un peu trop amoureux qui t'avais fait monter le rouge jusqu'aux oreilles, tu te souviens. Tu te souviens de quand il est rentré en toi, tu te souviens du rire que t'as eut, un rire de panique, de douleur peut-être aussi, tu te souviens de son air un peu trop concerné, de la douceur qui l'a eut pour que tu te sentes bien, tu te souviens de son sourire aussi, doux, amoureux. C'était différent maintenant, maintenant il ressentait ce que tu ressentais, il savait ce que tu voulais, il connaissait ton corps, les endroits de ton corps où tu aimais être toucher, ceux ou tu n'aimais pas être toucher. Il savait, connaissait les endroits qui te faisait frémir aussi, il savait ce que t'aimais ou ce que tu détestais. C'était différent maintenant, ouais, les dents sur ta lèvre inférieur, lui en toi, tu comprenais pas vraiment ce qu'il t'arrivait. T'avais eut ce gémissement un peu trop aiguë quand t'avais senti que t'étais empli à ton maximum, lui, le jouet, c'était une expérience différente, tu t'étais resserrer, d'un coup, les deux quasiment contre ta prostate, t'étais proche de la jouissance et tu savais pas comment réagir, ton corps attiré vers lui comme un aimant, pour le sentir plus, encore plus. Tu sais pas si t'en aurait marre de lui un jour, si tu pourrais ne plus rien découvrir à son propos. Un sourire quand il jure, parce que t'es serrer, que tu fais exprès de l'être pour le tourmenter encore un peu, les lèvres, les salives qui se mélangent, les baisers un peu trop langoureux, passionnés, loin des baisers timide de deux gosses adolescents. Tu te serres, encore plus, ta prostate mise à l'épreuve, tu sens que tu vas venir, tu le sais, tu sais aussi qu'il te ne laissera pas faire. T'as juste un ronronnement, tu dirais oui amen à tout à ce moment précis, tu veux juste le sentir en toi, encore un peu, le sentir te remplir entièrement. « I.. » Ta voix brisée, cassée. « I'm your slut. » Tu répètes juste, encore un peu, tu sais que le téléphone enregistre, tu sais que tu vas rougir quand tu vas recevoir l'enregistrement. La main, douce, sur ta joue, qui descend sur ton torse, provoque des frissons dans tout ton corps, tu te serres encore plus autour de lui, toujours plus. La main qui touche ta virilité, un couinement qui s'échappe, exaspérer de l'attente qu'il te fait subir. Il s'enfuit, sa main qui se déplace, t'as un soupir, soupir triste, soupir fatigué, tu voulais juste te détendre. Le coup de rein, violent, tu sens que ça monte, encore plus, tes mains dans sa crinière, la tête encore plus en arrière, t'as l'impression d'être au bord d'un précipice. Tu sais plus, tu ne comprends plus, les mots qui ne veulent plus s'imprégner dans ton cerveau, t'es juste une masse suppliant. « Please. Please. Let me cum please. I want to be filled with your cum. Please Arren. » Gênant, t'as plus conscience de rien, t'oublies ton prénom, ton âge, t'oublies absolument tout sauf lui, sauf son sourire. Une pression, il descend, tu veux juste jouir, tu veux juste tout ressentir, être libre de tout. Ta prostate qui est sous les assauts quelques secondes, tu te rapproches un peu plus du précipices, encore un peu, t'es mouillé, extrêmement, t'es tellement au bord que le liquide pré-séminal afflux et t'as les joues qui prennent une teinte encore plus foncée et que tu caches ton visage de tes mains, t'essaie d'amoindrir le bruit de ton hurlement, de tes gémissements quand il se remet à bouger doucement. Il se retire, lui, lentement, t'as un sanglot qui perce, les larmes qui afflux, c'est cruel. « No... » Un autre sanglot, t'as les yeux qui se remplissent réellement de larmes, comme si ça signifiait tout pour toi, une crise de larmes qui se préparent. Il revient à la charge, rentre entièrement, t'as un soupir, soupir de soulagement, tes mains, tes ongles qui griffent son dos, sa nuque, tu veux juste le sentir lui, le jouet qui sort de toi, se dépose à côté, t'es toujours aussi serrer autour de lui, beaucoup trop, comme si t'étais encore vierge, il est là pour attester que tu l'es plus depuis un certain temps. Il effleure ta prostate, d'autres larmes qui coulent, tu voulais juste te détendre pas être frustré jusqu'à la mort. « Please. I just want to feel good, be nice... » Tu supplies presque, tes mains qui caressent ses cheveux, tu veux juste jouir. Et ça arrive, quand il tape une dernière fois, et tu sens le liquide chaud à l'intérieur de toi, dans ton estomac, ton propre sperme sur toi, contre vos ventres. T'as un ronronnement, tes muscles qui se détendent. « I need a massage now. » Tu veux vraiment te détendre et pourtant tu veux sentir cette chaleur encore longtemps.  
AVENGEDINCHAINS



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Arren Rivera
the lover
sweet but psycho {arren & cassie) Tumblr_p0tgqk2Kv21w6n4tao8_250

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 7

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : gavin leatherwood

crédits crédits : psychotic bitch


occupation occupation : student, magical arts, hoping to be a teacher

“Love is not about how many days, weeks or months you’ve been together, it’s all about how much you love each other every day.”


sweet but psycho {arren & cassie) Iz9kdN7

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Sam 2 Mar - 16:19

Tu l'aimes Cassie. Un peu trop. C'était normal sans doute. C'est ton âme-soeur. Tu l'aimes si fort, que lorsque tu es avec lui, tu n'es plus la même personne. Votre première fois. Celle de deux gamins amoureux qui n'avaient presque rien prévu. Tu sais que tu voulais le faire avec Cassie. T'avais demandé à Nayeli d'aller acheter les préservatifs parce que t'étais trop timide de le faire. Puis tu pensais qu'il l'avait déjà fait avec Isaac. Tu t'es retrouvé con quand t'as vu que ce n'était pas la bonne taille. Tu t'es excusé un nombre incalculable de fois. A cause de la taille des préservatifs, à cause de cette douleur que tu lui as fait subir lorsque tu es entré en lui. C'était normal, c'était votre première fois, mais tu avais pensé que c'était de ta faute, que tu avais fait quelque chose de mal. Les choses ont bien changé depuis cette première fois d'adolescent. T'as appris à connaître son corps, à savoir ce qu'il avait besoin pour se sentir bien et lui aussi. Des jurons qui sortent de ta bouche lorsque tu le sens qui se serre autour de toi. Tu commences à perdre la tête toi aussi. Des mots sortent de ta bouche, alors que ce n'était pas le cas normalement. Des baisers qui sont loin d'être comme vos premier. Des baisers pleins de passions, de luxure. Un ronronnement de la part de Cassie qui te fait doucement sourire. Tu sais qu'il est au bord, qu'il va bientôt craquer. « I.. » Cassie qui perd un peu plus la tête que toi. L'ange blond qui a dû mal à parler, à sortir quelques mots de ses lèvres. L'ange blond qui n'est qu'une masse gémissante. Toute la maison doit entendre, mais tu t'en fiches de ça. Tu t'occupes de lui, c'est tout ce qui t'importe. « I'm your slut. » Un sourire qui devient plus grand. Un baiser de plus. Un moment qui est enregistré sur ton téléphone, que tu pourras lui envoyer. Tu sais déjà son visage, son expression lorsqu'il verra cette vidéo. De la gène, mais il n'y avait pas de quoi. Il était magnifique après tout. C'était ton ange après tout. Ta main qui se déplace sur son corps, qui l'explore, qui se pose finalement sur son intimité. Toi et le jouet en lui. C'est trop pour lui. Il est sur le point de craquer, mais tu veux faire durer ce moment encore un peu plus longtemps. Désir égoïste venant de ta part. « Please. Please. Let me cum please. I want to be filled with your cum. Please Arren. » Quelques coups de reins encore. Toi qui jures encore et encore parce qu'il de plus en plus en serrer. Tu veux l'entendre supplier à nouveau. Tu t'arrêtes, tu te retire juste pour être à nouveau à son entrée. Ton cœur qui se brise lorsque tu entends un sanglot, lorsque tu vois les larmes aux coins de ses yeux. « No... » Il supplie, mais pas de la façon que tu aurais aimé. Tes mains qui se posent sur ses joues, qui essuient ses larmes qui ne devraient pas être là. Un baiser. Plus doux, plus amoureux. Tu es à nouveau en lui.  Ta main qui se repose sur son intimité. « Please. I just want to feel good, be nice... » Tes lèvres qui se posent de nouveau sur les siennes. Ton bassin, ta main qui recommence à bouger. Tu le fais se sentir bien. Après tout, c'était ce qu'il t'a demandé. Un sourire qui se dessine quand il passe ses mains dans tes cheveux. Tu jouis, lui aussi. Tu le sens se détendre. Un dernier baiser avant de te retirer, avant de retirer le jouet. Un sourire lorsque tu l'entends ronronner. « I need a massage now. » T'as un petit rire, tu lui caresse les joues. Il est magnifique. Tu es chanceux, il n'y a pas à dire. « You will got a massage baby boy. » Les caresses, encore et toujours. « But first, hot bath. » Un rire, un baiser. Et  tu le prends dans tes bras comme une mariée. L'eau qui coule, alors que tu l'embrasses une fois de plus. Tu le déposes dans la baignoire, tu réchauffe cette eau qui n'est pas à la bonne température. Tu le déposes dans l'eau, tu le rejoins en te mettant derrière lui. « I'm sorry baby. » Tes mains qui se baladent dans son dos. Un massage, après tout ce qu'il avait demandé. T'es désolé parce que tu ne voulais pas voir ces larmes apparaître. Tu voulais juste qu'il se sente bien et tu es allé plus loin. « So you're fine now ? More relaxed ? » Un baiser sur son épaule, là où il y avait sa marque. Le massage qui continue. T'es au petit soin avec lui.


Walking out of time Looking for a better place Something's on my mind Always in my head space
Revenir en haut Aller en bas

Cassandre Rosebury
the miracle
sweet but psycho {arren & cassie) JDnu8aB

à philadephie depuis à philadephie depuis : 09/02/2019

pétales tombées pétales tombées : 8

fleurs cueillies fleurs cueillies : 11


faceclaim faceclaim : Evan Peters

crédits crédits : cliffs edge


occupation occupation : medecine student


sweet but psycho {arren & cassie) WuETTH4

Something always leads me back to you,
it never takes too long.


sweet but psycho {arren & cassie) YNyQIPz

Voir le profil de l'utilisateur
message posté :
Sam 2 Mar - 23:10


Une relation conflictuelle, c'était vous, vous deux. Une relation passionnelle, un peu provocante, violente, tu te souviens de vos engueulades, ça allait mieux depuis la morsure, depuis qu'il ressentait ce que tu ressentais, depuis que vos âmes étaient liées à jamais. Parfois il ressentait ta douleur, il ressentait quand tu te sentais mal, il venait te voir, te prenait dans ses bras. Tu l'as dit à ta mère, ces fois où t'as perdu du sang quand t'étais dans le bain, quand t'avais un mal de ventre qui te prenait le corps, tu comprenais pas trop, elle te disait que c'était rien, que ça lui arrivait à elle aussi. Tu te souviens quand t'es allé voir Isaac dans son bureau lui demander de te faire des prises de sangs pour voir si un truc merdait, tu te souviens d'avoir fait les tests pour la procréation, parce que tu sais que ta mère n'a pas réussi à t'avoir directement, parce que tu sais qu'elle a souffert, qu'après t'avoir eut toi c'était terminé, elle avait pu avoir Althea. Tu voulais des enfants, tu savais que t'aurais une chance d'en avoir seulement maintenant, tu savais que vous étiez pas censés avoir d'enfants maintenant, t'en avais discuté avec Isaac, l'Alpha devait avoir un enfant avant. T'avais pleurer, quand t'avais vu les résultats, ça allait être dur, compliqué, de plus en plus avec les mois, t'avais hurler dans les bras de ta mère. Il ne savait pas lui, Arren, t'avais rien dit, il avait su que t’allait pas bien mais n'avait pas su pourquoi, il était juste venu pour te prendre dans ses bras, pour chuchoter des mots d'amour, pour te réconforter comme il savait le faire. Arren. Tu l'aimais, plus que tout, tu voulais concrétiser ça, votre amour, vous aviez toujours été le couple le plus réfléchit, vous saviez même pas si vous étiez en couple avant ce soir. T'avais toujours été le plus calme de ta famille, celui qui réfléchissait à tout avant de faire, celui qui voulait aider, il avait toujours été celui qui prenait les décisions avant d'agir, sauf quand ça te concernait, ça te faisait rire, il agissait sur des coups de tête, le nombre de fois où il était venu te chercher tremper avec des fleurs juste parce que t'étais triste et qu'il l'avait senti. Il était doux, attentionné, peut-être parfois un peu idiot, mais tu l'aimais si fort que tu pourrais en mourir. Tu l'aimais, Arren, t'aimais les sourires en coin qu'il avait quand il avait raison, son air concentré quand il étudiait des sujets qui le passionnait particulièrement, t'aimais quand il touchait tes cuisses et l'intérieur de tes cuisses pour se détendre quand vous étiez côtes à côtes. T'aimais quand il prenait en compte tes mots, quand il réfléchissait un peu trop à ce qu'il pourrait faire pour te faire sourire, pour te détendre. T'aime quand il est aux petits soins, quand il embrasse ta gorge, quand il n'a d'yeux que pour toi. C'est souvent, tout le temps quand t'es avec lui, tu peux pas dire le contraire, la partie de jambes en l'air qui se terminent, des larmes et des sanglots qui ont craquer ta carapace, juste te détendre, rien de plus, tu demandais rien de plus, t'avais eut un sourire quand il a dit que t'aurais le droit à un massage, un sourire un peu crispé, ton dos en compote, tes abdominaux aussi, t'avais mal un peu partout, l'intensité avait été un peu trop présente. Les caresses sur tes joues, les ronronnements que tu laisses s'échapper, t'étais un peu dans les vapes aussi. T'as un petit rire fatigué quand t'es pris comme une mariée dans ses bras, l'eau dans laquelle qui rentre qui est un peu trop froide, l'eau qui se réchauffe quand il augmente le thermostat. Il s'excuse, s'excuse d'avoir fait couler des larmes sur tes joues, tu voulais juste te détendre, tu voulais pas autre chose, tu voulais juste sentir sa chaleur, avoir ce sentiment que de l’électricité te traversais de part en part. Un massage, tu l'avais mérité, des ronronnements que tu sors, écho dans la salle de bain. Un baiser sur ton épaule, il te demande si ça va mieux et t'as un grognement, tu veux que ça continu, t'as envie de dormir aussi. C'est ce qui arrive quand tu poses ta tête contre son torse, les yeux qui se ferment un peu trop facilement.   
AVENGEDINCHAINS



-we're supposed to save lives not take them -
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
message posté :

Revenir en haut Aller en bas
 

Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Outils de modération
 
Sauter vers: